Les enjeux de Davos 2002

Les préparatifs vont bon train pour l’organisation de Davos 2002. Pour la première fois de son histoire, le plus grand forum économique mondial se tiendra à New York en dehors de Suisse. Le choix de cette ville n’est pas un pur hasard. Il répond à une volonté de redonner confiance aux opérateurs économiques.
3000 participants prendront part à cet événement qui aura lieu du 31 janvier au 4 février. «Leadership en des temps fragiles: une vision pour un avenir commun» est le thème fédérateur retenu pour cette édition.
Les promoteurs du Forum veulent en effet coller à l’actualité marquée par le recul de l’économie mondiale suite aux attentats du 11 septembre. Dans une déclaration à la presse internationale, le Président et le fondateur de Davos, klaus Schwab a souligné que les débats porteront sur les moyens à mettre en place pour faire face à la fragilité de notre temps. M. Schwab a entamé d’ailleurs une visite au Maroc, il y a deux semaines, durant laquelle, il a eu des rencontres avec le Souverain et des hauts responsables marocains. Au menu des discussions, le projet de délocaliser définitivement l’organisation du Forum à Marrakech.
Pour le Maroc, le Davos représentera une occasion privilégiée pour exprimer sa position sur les moyens pour stimuler l’économie. La participation du Maroc est très attendue dans la mesure où le Forum abordera des questions relatives à l’Islam. L’objectif étant d’expliquer aux pays occidentaux les vraies valeurs de cette religion dont la tolérance en est la principale caractéristique. A ce propos, il faut noter que le Davos 2002 se caractérise par une forte participation des personnalités religieuses issues des pays islamique. Ces participants ont la lourde tâche de mettre fin à la confusion ressentie chez les responsables occidentaux à l’issue des attentats perpétrés aux Etats-Unis. Plusieurs rencontres seront organisées à cet effet. Au menu, un débat autour du dialogue interreligieux et la tolérance. Des intellectuels et experts musulmans invités à ce forum s’attacheront certainement à attirer l’attention sur les risques des amalgames.
Sur un autre registre, le forum de Davos sera marqué par la qualité des personnalités qui participeront à ce rendez-vous. Il s’agit entre autres du chancelier allemand Gerhard Schroeder, Colin Powel, secrétaire d’Etat américain, Abdullah II, le Roi de Jordanie, Kamal Kharrazi, ministre des Affaires étrangères de la République islamique d’Iran et Paul O’neill, secrétaire américain au Trésor, Laurent Fabius, ministre français de l’Economie et des Finances, et Mike Moore, directeur général de l’OMC ( Organisation mondiale du commerce ). L’Arabie Saoudite sera également présente avec une délégation constituée d’hommes d’affaires et des membres de la famille royale.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *