Les experts de l’UE et du FMI épluchent les comptes grecs

Les experts de l’UE et du FMI épluchent les comptes grecs

Des experts de l’Union européenne (UE) et du Fonds monétaire international (FMI) étaient à pied d’œuvre lundi à Athènes pour contrôler les comptes du gouvernement grec et l’évolution du plan draconien imposé en contrepartie des prêts destinés à sortir le pays de la crise financière. «Les experts sont arrivés au ministère des Finances et se sont entretenus avec le ministre des Finances, Georges Papaconstantinou», a indiqué à l’AFP un porte-parole du ministère. Les experts de l’UE et du FMI, qui resteront une semaine dans la capitale grecque, devaient ensuite s’entretenir avec le président du Conseil des experts financiers (SOE) du ministère, Georges Zanias, puis se rendre à la Banque de Grèce, où ils discuteront avec le gouverneur de la banque centrale, Georges Provopoulos, a ajouté la même source. Jusqu’à la fin de la semaine, ils verront tour à tour les responsables des ministères du Travail, de la Santé et du Développement économique. Cette visite entre dans le cadre des accords convenus entre le gouvernement, l’UE et le FMI, signés en mai, accordant un prêt de 110 milliards d’euros sur trois ans, en échange du redressement économique visant à réduire le déficit public de près de 14% du PIB en 2009 à moins de 3% en 2014. La Grèce qui doit ramener ce déficit à 8,1% du PIB en 2010 a déjà reçu en mai 20 milliards et doit recevoir deux autres versements, de 9 milliards chacun, en septembre et décembre. «Le deuxième versement du prêt sera encaissé en septembre sur la base des résultats provenant de l’application des mesures prévues dans le plan jusqu’à la fin juin», a indiqué M. Papaconstantinou à la veille de l’arrivée des experts, précisant que les conditions de ce versement seraient examinées en juillet par une nouvelle mission de l’UE et du FMI. «Nous n’avons aucune raison de nous inquiéter pour le deuxième versement, ni même pour les autres tant que le plan est appliqué selon les rythmes actuels et avec succès», a-t-il ajouté dans une interview au journal grec Real News. Les dirigeants grecs ont affiché ces derniers jours leur optimisme au vu des résultats encourageants pour la période janvier-mai où le déficit budgétaire a diminué de 38,8% par rapport à la même période de 2009.Les experts de l’UE et du FMI doivent vérifier si les termes du mémorandum signé en mai sont remplis.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *