Les exportations jouent au yo-yo

La conjoncture internationale profite aux exportations marocaines. Au terme des huit premiers mois de l’année en cours, cette situation est corroborée par la meilleure performance des indicateurs des échanges en dépit du maintien du niveau élevé des prix du pétrole. Ainsi, le rebond de la demande étrangère  a conduit à un accroissement des exportations de 11,7%, en se chiffrant à 70,53 milliards de dirhams contre 63,15 milliards pour l’année 2005.
De mêm,e les importations ont enregistré un taux de croissance de 13,5% s’établissant à près de 136,53 milliards de dirhams contre 120,32 milliards une année auparavant. De ce fait, le déficit commercial a progressé de 15,5%, affecté principalement par le renchérissement de la facture pétrolière.
Selon le ministère du Commerce extérieur, la  performance des ventes à l’étranger est imputable, aussi bien à l’amélioration des ventes de phosphates et dérivés qu’à  celles des vêtements confectionnés et des composantes électroniques, ayant connu respectivement une progression de 23,2, 14 et 12%. Les résultats appréciables des ventes des phosphates et dérivés sont réalisés grâce, notamment aux exportations de l’acide phosphorique avec une évolution de 39% (ou 1,7 milliard de dirhams) et aux ventes des engrais qui ont progressé de 27% (ou 647,4 millions de dirhams).
Les produits de la mer ont également contribué à la hausse des exportations. Ainsi, les factures des exportations de poisson en conserve s’élèvent à 2,57 milliards de dirhams en progression de 13%. Pour leur part, les crustacés, mollusques et coquillages sont en nette amélioration. Leurs exportations ont crû de plus 6% pour atteindre 2,76 milliards de dirhams alors qu’elles ont été en baisse de 7% au cours des sept premiers mois de 2006. D’autres produits ont connu des performances significatives, en l’occurrence les tôles et légumes frais qui ont évolué respectivement de +37 et +18%.
En revanche, note le ministère du Commerce extérieur,  les ventes des agrumes ont baissé de 20% poursuivant la même tendance constatée depuis le début de l’année en raison de l’insuffisance du volume et de la qualité de la production, mais surtout de la détérioration des prix du marché de l’Union européenne.
C’est également le cas des fils et câbles électriques qui ont baissé de 31% réalisant près d’un milliard de dirhams de moins par rapport à l’année précédente. Ceci est dû en grande partie à la dégradation de la situation de l’industrie automobile en Europe suite à une demande particulièrement faible adressée au secteur. Quant aux importations, elles sont impulsées par les produits destinés à la satisfaction des besoins de consommation et d’investissement du marché intérieur et par ceux destinés à la réexportation. En effet les achats des demi-produits (+15,4%) des biens d’équipement (+17%) ont contribué, dans une grande proportion, à cette évolution. De même, la facture pétrolière s’est alourdie de 20%, sous l’effet de la hausse des cours dans les marchés internationaux.
Ainsi, durant les huit premiers mois 2006, l’augmentation des achats des biens d’équipements est imputable à l’acquisition d’avions (+143% ou 1,6 milliard de dirhams), des machines et appareils divers (+15% ou 698,6 millions de dirhams) et des fils et câbles pour l’électricité (+38% ou 651,7 millions de dirhams).
Les achats des demi-produits ont totalisé les 31,5 milliard de dirhams et se sont appréciés de 15,4% en raison de l’accroissement des importations des produits chimiques (+20%), des matières plastiques (+18%) et du cuivre (+73%). Les acquisitions de biens de consommation se sont inscrites en hausse de 7,8%, suite aux achats de voitures de tourisme (+21,3%) et de tissus de laine (+57,3%). Quant aux d’appareils de télévision et GSM, ils ont connu une baisse de 5%.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *