Les finances changent de méthodes

Les finances changent de méthodes

Dans le cadre du projet de Budget 2005, le ministère des Finances et de la Privatisation récolte environ 2,1 milliards de DH. Mais comme dans bon nombre de départements ministériels, la part du lion de ce budget est destinée au paiement du personnel. Dans le cas d’espèce, environ 1,6 milliard de DH est alloué à ces dépenses. A titre comparatif, le ministère de la Justice réserve pour l’année 2005 la bagatelle de 1,75 milliard de DH pour les salaires de son personnel. Le record absolu est toujours battu par le ministère de l’Education nationale où le paiement des fonctionnaires nécessitera plus de 23 milliards de DH.
En matière de dépenses d’investissement (289 millions de DH), le département géré par Fathallah Oualalou a mis en place des plans d’action stratégiques qui s’articulent autour des objectifs de préservation des équilibres fondamentaux et de création des favorables à la promotion de l’investissement. Sans oublier la création de l’emploi, la modernisation des systèmes de contrôle des finances publiques et l’amélioration de la gouvernance et des modes de gestion.
Dans ce cadre, le programme d’investissement du ministère des Finances et de la Privatisation est destiné à la réalisation de quatre actions concrètes. Tout d’abord, le ministère a l’intention de renforcer les actions de lutte contre la fraude et la contrebande. Il s’agit de mettre à la disposition des douaniers, essentiellement dans les zones les plus sensibles, les moyens nécessaires pour la réalisation d’un contrôle efficace. C’est ainsi que le ministère achètera du nouveau matériel de communication et des équipements de pointe au profit des centres de contrôle et de surveillance relevant de l’Administration des douanes. Deuxième action programmée par le département de Fathallah Oualalou: la réalisation des schémas directeurs informatiques visant la modernisation et le renforcement des systèmes d’information et de communication du ministère. L’un des objectifs primordiaux de cette modernisation consiste à ouvrir les bases de données informatisées du ministère des Finances à tous les usagers et les opérateurs économiques, essentiellement, dans le domaine fiscal, douanier et budgétaire. L’amélioration du service rendu aux contribuables est un des soucis majeurs du ministère est justement le troisième axe de son plan d’action pour 2005.
A ce titre, le ministère compte poursuivre la politique de déconcentration et d’amélioration de l’accueil des contribuables à travers la réalisation de construction, d’extension et d’aménagement des locaux des services extérieurs du ministère. Il faut rappeler, sur ce volet, que depuis l’avènement du gouvernement d’alternance, en 1998, un effort particulier a été fourni en matière d’amélioration de la qualité de l’accueil des contribuables et même des fonctionnaires.
Enfin, la dernière action envisagée par le ministère des Finances consistera à poursuivre la mise en oeuvre de la politique des ressources humaines pour la réalisation des programmes de formation axés sur le perfectionnement des cadres du ministère sur leurs métiers propres et les techniques modernes de gestion axés sur les résultats. Quant au programme des privatisations pour l’année 2005, il porte sur la réalisation des études, de conseil juridique et d’assistance, des missions d’audit et de placement de plusieurs sociétés. Parmi ces derniers, on peut citer Itissalat Al Maghrib, Sucrafor (sucrerie raffinerie de l’Oriental), Sunabel (sucrerie nationale de betteraves de Loukkos), Biopharma (société de productions biologiques et pharmaceutiques vétérinaires) et Drapor (société de dragage des ports).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *