Les grands chantiers d’Attijariwafa bank: Bank Assafaa, Barclays Bank et de nouveaux partenariats africains…

Les grands chantiers d’Attijariwafa bank: Bank Assafaa, Barclays Bank et de nouveaux partenariats africains…

Le lancement de Bank Assafaa, prévu prochainement, se fera uniquement par Attijariwafa bank. La nouvelle entité deviendra donc  la première banque participative 100% marocaine.

C’est officiel. Aucun partenaire n’a été retenu pour la première banque participative d’Attijariwafa bank. Bref, pas pour le moment! Le lancement de Bank Assafaa, prévu prochainement, se fera uniquement  par Attijariwafa bank. La nouvelle entité deviendra donc  la première banque participative 100% marocaine au moment où les autres banques agréées ont déjà choisi leurs coéquipiers majoritairement issus des pays du Golfe. «Plusieurs opérateurs internationaux souhaitent prendre part au capital de Bank Assafaa. Nous sommes régulièrement contactés à ce propos mais ce qui nous importe le plus c’est la création de la valeur», explique Mohamed El Kettani, président-directeur général d’Attijariwafa bank, en marge d’une conférence de presse organisée, lundi 13 mars, à Casablanca, pour la présentation des résultats annuels du Groupe bancaire.

Au moment où Mohamed El Kettani reste ouvert à un partenariat enrichissant pour développer la première activité participative de son groupe, ses équipes œuvrent d’arrache-pied pour réussir la première implantation d’Attijariwafa bank dans le marché égyptien. En octobre 2016, le Groupe a signé un accord portant sur l’acquisition de 100% de Barclays Bank Egypt. Il s’agit d’une banque égyptienne disposant d’un effectif de 1.500 employés et un réseau de 56 agences situées dans 18 villes d’Egypte. «C’est un bel actif que nous avons acquis et un grand potentiel de développement compte tenu de l’importance du marché égyptien qui cible plus de 90 millions de consommateurs. Notre banque égyptienne dépasserait, à moyen terme, notre première filière africaine aussi bien en termes de taille que de résultat», souligne Mohammed El Kettani. Le président-directeur général d’Attijariwafa bank précise à cet effet que les ressources du groupe sont déjà engagées dans un processus de rapprochement. «Notre stratégie n’est pas bâtie sur la précipitation. Nous voulons faire les choses de manière rationnelle et méthodique», explique-t-il.  Et de préciser que «l’acquisition d’une banque de référence nous permet de déployer rapidement nos stratégies». C’est d’ailleurs dans cette optique que s’inscrit la vision d’Attijariwafa bank au-delà des frontières marocaines.  Le but étant de devenir une banque de référence dans les pays d’implantation et ce en détenant des parts de marché significatives. «Notre stratégie repose sur l’acquisition des parts majoritaires des banques saines qui nous permettent d’arriver dans le top 3 dans chaque pays où nous opérons», apprend-on du président-directeur général d’Attijariwafa bank.

Cette approche a porté ses fruits en Afrique, notamment au Sénégal. Chose qui a encouragé le Groupe à étendre son activité sur le continent.

En 2016, Attijariwafa bank a développé des filiales spécialisées en Afrique. Le Groupe a ainsi lancé l’activité de Wafa Assurance en Côte d’Ivoire et a donné le coup d’envoi à Wafacash West Africa au Sénégal. Attijariwafa bank a par ailleurs obtenu l’agrément pour la filiale Wafacash Africa au Cameroun et a démarré l’activité de la filiale ASCA spécialisée en conseil et en gestion d’actifs en Afrique centrale.

Le groupe a signé, fin 2016, un protocole d’accord portant sur l’acquisition d’une participation majoritaire dans le capital de la Cogebanque au Rwanda.

Bilan 2016 : Attijariwafa bank performe

En 2016, Attijariwafa bank a consolidé ses parts de marché tout en réduisant ses coûts du risque. Se réjouissant de la performance du groupe au titre dudit exercice, Mohamed El Kettani indique qu’Attijariwafa  bank a collecté 404,3 milliards de dirhams d’épargne totale à fin décembre. Le Groupe est ainsi positionné en tant que premier collecteur de l’épargne au Maroc. Il est, selon M. El Kettani,  le premier financeur de l’économie puisque Attijariwafa bank a distribué 271,6 milliards de dirhams de crédits totaux en 2016, soit en hausse de 7,4%. Le Maroc et l’Europe contribuent à hauteur de 78% aux crédits consolidés tandis que la part de l’Afrique subsaharienne est estimée à 14% et celle de la Tunisie à 8%.

En 2016, Attijariwafa bank a connu l’adhésion de 511.999 nouveaux clients bancaires au Maroc et a placé 562.688 nouvelles cartes bancaires. Sur le plan opérationnel et comme nous l’avons signalé dans l’une de nos précédentes éditions (N°3860 du 8 mars 2017), Attijariwafa bank a vu son total bilan s’améliorer de 4,3% pour atteindre les 429 milliards de dirhams à fin 2016.  Les fonds propres consolidés se sont chiffrés à 47 milliards de dirhams, en progression de 15%. Le produit net bancaire s’est élevé à 19,7 milliards de dirhams, en hausse de 3,6%. Le résultat d’exploitation s’est consolidé pour sa part de 7% pour atteindre à fin 2016 les 8,5 milliards de dirhams. Le résultat net part du groupe (RNPG) s’est bonifié de 5,7% atteignant au titre de l’exercice 2016 un montant de l’ordre de 4,8 milliards de dirhams. Attijariwafa bank y a contribué à hauteur de 2,48 milliards de dirhams. Notons que l’ensemble des filiales africaines d’Attijariwafa bank ont affiché une bonne performance en 2016. La Compagnie bancaire de l’Afrique occidentale (CBAO), filiale sénégalaise d’Attijariwafa bank, a vu son résultat net culminer de 26%. La filiale ivoirienne SIB a, quant à elle, réalisé un résultat net en hausse de 15%. Le résultat net d’Attijari Bank Tunisie a grimpé, pour sa part, de 9% au titre de l’exercice 2016.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *