Les indices boursiers gardent le moral

On dirait bien que la bourse casablancaise n’a pas été affectée par les remous des autres bourses mondiales. Du moins en apparence, et pour le moment. En fait, à l’issue de la semaine dernière, la place casablancaise a réussi à maintenir la variation de la majorité des valeurs de son marché central au-dessus du seuil « zéro ». D’ailleurs, même ses deux indices ont l’air de s’être repris après des semaines de platitude. Ainsi, le Masi s’est relevé de 1,65% pour ramener sa variation annuelle à 28,85%. Évoluant dans le même sens, le Madex, lui, a progressé de 1,73% pour marquer une performance annuelle de 29,57%.
En matière de variations, Rebab surplombe les autres valeurs avec une hausse de 6,19%, elle s’évalue à 480 dirhams au lieu de 452 dirhams. En deuxième place, c’est le ticker LGM qui se hisse de 5,95%, lors d’une seule séance, pour s’évaluer à 784 dirhams au lieu de 740 dirhams. Cette valeur dépasse de peu celle de Lesieur Cristal qui progresse de 5,45%.  Du côté des baisses, Fertima se fait la tête de liste avec une chute de 5,96%, suivie de Unimer qui s’est repliée de 4,28 et Zellidja avec «-4,09%».
A jauger le tonus des valeurs du marché central, le box office des dix valeurs les plus actives de la semaine adjuge la première place à la valeur BMCE. Celle-ci a pu signer un volume d’affaires de 437,085 millions de dirhams. la seconde place revient à Addoha avec un volume de transactions de 289,652 millions de dirhams, puis, à en troisième lieu, vient se placer Ittissalat Al Maghrib avec 275,797 millions de dirhams échangés sur son titre. Les autres places sont accordées, respectivement, aux tickers de l’ONA (145,608 MDH), d’ATW (80,837 MDH), de la BCP (72,854 MDH), de la SID (72,784 MDH), du CIH (50,799 MDH), de WAA(33,800 MDH) et de la SNI(26,297 MDH). Sur le registre des capitalisations, la vedette est, depuis un bout de temps, Ittissalat Al Maghrib qui s’ancre sur le site de la plus forte capitalisation avec ses 122,457 milliards de dirhams. Derrière l’opérateur téléphonique, viennent se positionner les géants du métier de la banque et de la finance. A savoir, Attijariwafa bank avec une capitalisation de 60,272 milliards de dirhams, puis la BMCE cumulant 45,387 milliards de dirhams. Par ailleurs, par analyse sectorielle, l’emballage a l’air de se porter mieux, ayant signé une performance annuelle de «+155,39%». Ce secteur demeure, a priori, le plus explosif des secteurs représentés sur la place boursière. La semaine a, aussi, été celle de la fameuse et si médiatisée introduction du titre CGI.
L’opération a fait des vagues sur le secteur financier tant les investisseurs ont été séduits par une valeur sûre telle que celle-ci, et sont restés aux aguets pendant des mois pour tirer le plus grand profit possible de cette méga opération.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *