Les industriels en mauvaise passe

Les industriels en mauvaise passe

L’industrie passe actuellement par un carrefour très sérré. En effet, entre les ventes qui ralentissent, les stocks qui dorment et la baisse des prix des produits finis, l’industrie est en perte de vitesse. Aussi, la production industrielle a connu un recul en février par rapport au mois précédent. C’est ce qui est à retenir des résultats de l’enquête mensuelle de conjoncture dans l’industrie relative au mois de février 2013, publiée par Bank Al-Maghrib. Dans ce sens, les chefs d’entreprises enquêtés révèlent que la production industrielle a enregistré un déclin d’un mois à l’autre. Dans ce sens, le solde d’opinion relatif à cette question ressort négatif de 20 points. La contraction de l’activité aurait concerné l’ensemble des branches, en particulier la branche des industries chimiques et parachimiques où six industriels sur dix, soit 59%, déclarent une baisse.
Par ailleurs, pour les trois prochains mois, la moitié des industriels prévoie une amélioration de l’activité alors que 40% anticipent une stagnation. Ainsi, les industriels restent globalement optimistes quant à l’amélioration de l’activité. Toutefois, ceux des industries électriques et électroniques anticipent une détérioration. Au niveau des nouvelles commandes, la baisse a été au rendez-vous en février. Cette baisse recouvre un recul des commandes dans les industries aussi bien du textile et cuir que chimiques et parachimiques, et une hausse dans les branches électriques et électroniques et agroalimentaires. Dans ces conditions, le niveau du carnet de commandes est jugé normal par 52% des industriels. Pour leur part, les ventes globales ont accusé un repli au cours du mois de février par rapport au mois de janvier, le solde d’opinion ressort négatif de 11 points contre un solde négatif de 35 points le mois précédent. Cette évolution recouvre une amélioration des ventes des industries électriques et électroniques et une détérioration de celles des autres branches, particulièrement des industries chimiques et para-chimiques. Aussi, pour les trois prochains mois, les industriels anticipent une amélioration des ventes. Cette hausse concernerait principalement les industries agroalimentaires, mécaniques et métallurgiques. En revanche 73% des industriels de la branche chimique et parachimique anticipent une stagnation ou une baisse des ventes.
Par ailleurs, 73% des industriels ont déclaré que les prix de leurs produits finis ont stagné par rapport à janvier 2013 et 20% ont estimé qu’ils ont baissé. Par branche d’activité, les prix des produits finis auraient baissé dans les industries chimiques et parachimiques et auraient, en revanche, stagné dans le reste des branches de l’industrie.
Aussi, toutes branches confondues, Bank Al-Maghrib souligne que pour les trois prochains mois, 89% des industriels anticipent une stagnation des prix des produits finis.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *