Les industriels le confirment: La production s’est améliorée en octobre

Les industriels le confirment: La production s’est améliorée  en octobre

Un octobre sous le signe de l’amélioration pour les industriels marocains. Les résultats de l’enquête mensuelle de conjoncture, établie par Bank Al- Maghrib, font ressortir une amélioration globale des indicateurs du secteur au dixième mois de l’année.

Ce constat a d’ailleurs été confirmé par la majorité des chefs d’entreprises ayant répondu à l’enquête de la banque centrale. Durant le mois d’octobre,  la production aurait connu une progression avec un taux d’utilisation de capacité  (TUC) en hausse de 71%. L’amélioration a également été constatée au niveau des ventes. Ces dernières auraient enregistré une hausse aussi bien sur le marché local qu’étranger. Il en est de même pour les commandes globales. Se référant à l’enquête de Bank Al-Maghrib, «les commandes se seraient améliorées avec toutefois un carnet de commandes qui serait resté à un niveau inférieur à la normale».

De même, l’enquête de la banque centrale démontre que l’ensemble des branches industrielles a connu une production en hausse durant le mois d’octobre. La branche «Chimie et parachimie» sort toutefois du lot affichant au dixième mois de l’année une stagnation. «Dans ces conditions, le TUC s’est établi à 53% dans la chimie et parachimie, à 73% dans l’agroalimentaire,  à 72% dans le textile et cuir et à 68% dans la mécanique et métallurgie», peut-on lire de l’enquête de Bank Al-Maghrib.

Quant aux ventes, leur progression reflèterait, selon la banque centrale, celle de l’ensemble des branches d’activité à l’exception de la «chimie et parachimie» et du «textile et cuir» où elles auraient connu une stagnation. «Les ventes locales auraient marqué une amélioration dans l’ensemble des sous-branches à l’exception de l’industrie automobile et de l’industrie textile  où elles auraient stagné et de l’industrie chimique  où elles auraient baissé», relève-t-on de Bank Al Maghrib. Et de poursuivre que «les expéditions à l’étranger auraient, quant à elles, progressé dans les principales sous-branches à l’exception du travail des métaux  et de l’industrie chimique où elles auraient accusé un repli et de la métallurgie où elles auraient stagné».

Les attentes des industriels à court terme sont positives. Les chefs d’entreprises tablent sur une hausse de la production et des ventes aussi bien locales que celles destinées à l’étranger, et ce, pour l’ensemble des branches d’activité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *