Les marchés restent calmes malgré la dégradation brutale de la note grecque

Les marchés restent calmes malgré la dégradation brutale de la note grecque

La dégradation brutale de la note souveraine de la Grèce par l’agence Moody’s a provoqué mardi la colère des dirigeants européens et mis sous tension les obligations de l’Etat grec, sans pour autant entraîner une nouvelle rechute des marchés. Le commissaire européen aux affaires économiques, Olli Rehn, a qualifié d’«étonnant et malheureux» le moment choisi par Moody’s pour dégrader la note de la Grèce, une décision qui, selon lui, «ne correspond pas du tout au rendement des obligations grecques et aux différentes conséquences négatives qui sont considérablement réduites depuis l’adoption de ce programme». De son côté, le président de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, a critiqué l’abaissement «irrationnel» de la note, estimant que les marchés financiers «interprètent de façon erronée les décisions qui ont été prises». M. Juncker a souligné que la Grèce s’était pliée à de «strictes» conditions d’assainissement de ses finances publiques pour recevoir l’aide des autres pays de la zone euro et du Fonds monétaire international (FMI). Moody’s a abaissé lundi la note de la Grèce de quatre crans, de «A3» à «Ba1», la reléguant dans la catégorie spéculative pour un risque de non-remboursement de sa colossale dette publique. Moody’s a estimé qu’il demeure une incertitude considérable sur le calendrier et l’impact de la cure d’austérité à laquelle le pays s’est résolu début mai pour décrocher le feu vert à des prêts de la zone euro et du FMI d’un montant de 110 milliards d’euros sur trois ans. Le minisère grec des Finances, Georges Papaconstantinou, a immédiatement réagi lundi soir à cette dégradation, jugeant qu’elle ne reflétait ni le progrès enregistré ces derniers mois, ni les perspectives ouvertes par l’assainissement budgétaire et l’amélioration de la compétitivité du pays.  Mardi, Moody’s a annoncé avoir dégradé la note des principales banques grecques en raison des doutes de l’agence de notation sur la capacité d’Athènes à soutenir son système bancaire. L’agence a décidé de dégrader la note de la Banque nationale de Grèce, de EFG Eurobank, d’Alpha Bank, de la Banque agricole de Grèce, d’Emporiki et de la Banque générale de Grèce, les quatre premières étant reléguées au rang d’investissements spéculatifs. «L’abaissement de la note du gouvernement grec a poussé Moody’s à abaisser sa notation sur la capacité du gouvernement grec de soutenir son système bancaire, dans la droite ligne du changement de note sur sa dette souveraine», a affirmé Moody’s. Les rendements des obligations gecques et des pays fragiles de la zone euro (Espagne, Portugal, Irlande) se sont fortement tendus mardi dans la matinée, après la dégradation de la note grecque. Les obligations grecques sur dix ans étaient vers 15h30 GMT à 9,060% contre 8,302% lundi soir soit +75 points de base. Si les places boursières européennes ont ouvert en baisse, elles étaient toutes dans le vert en milieu de journée, et ont clôturé en hausse: le Cac 40 gagnant 0,98%, soutenu par la fermeté de l’euro, le Dax de la Bourse de Francfort 0,82%, et l’indice Footsie-100 de Londres 0,30%. L’euro a rebondi face au dollar, l’optimisme des marchés d’actions, une émission obligataire rassurante en Espagne, et de bons indicateurs américains effaçant les effets négatifs de la dégradation de la note de la dette grecque et un mauvais indicateur allemand. Vers 16h00 GMT, l’euro valait 1,2333 dollar contre 1,2223 dollar lundi soir à 21h00 GMT, son plus haut niveau depuis le 1er juin.

  Philippe Perdriau (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *