Les PME marocaines ont tout à gagner au Sénégal !

Les PME marocaines ont tout à gagner au Sénégal !

ALM : Quelle opportunité présente le Sénégal pour les PME-PMI marocaines ?
Moha Ouali Tagma : Le Sénégal constitue a bien des égards, la porte d’entrée de l’Afrique de l’Ouest, particulièrement de la zone UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine). Pour les entreprises marocaines à la recherche d’un développement de leurs activités à l’international, le Sénégal, pays stable, doté d’institutions démocratiques, a entrepris, ces dernières années, de profondes réformes qui font de lui aujourd’hui un pays réceptif de beaucoup d’investissements étrangers. Les entreprises marocaines publiques comme la Royal Air Maroc, la Comanav, l’ONE, et privées comme la BMCE et Attijariwafa bank ont entrepris avec succès des activités au Sénégal, en partenariat soit avec l’Etat du Sénégal, soit avec des entreprises privées sénégalaises. Ces investissements constituent aujourd’hui une plate-forme pouvant aider les PME-PMI à s’implanter au Sénégal.

Quels sont aujourd’hui les secteurs porteurs ?
Il s’agit de l’agriculture, le tourisme, le BTP, les travaux du génie civil et les services, notamment ceux liés aux technologies de l’information. Les deux gouvernements, du Maroc et du Sénégal, ont mis en place des structures comme le Conseil d’affaires maroco-sénégalais qui regroupe les organisations patronales des deux pays. Il y a aussi tout un arsenal juridique aménagé pour faciliter le développement des échanges dans les deux sens.

Concrètement, quelles sont les facilités offertes aux entreprises marocaines désirant investir au Sénégal ?
A cet égard, il convient de signaler que la convention d’établissement liant le Maroc au Sénégal et qui date de 1964 garantit le traitement national aux entreprises marocaines installées au Sénégal et vice-versa. La charte d’investissement du Sénégal octroie également divers avantages aux investisseurs étrangers, constituant de ce fait un encouragement pour les entreprises désirant s’installer au Sénégal et dans la zone UEMOA.

Quel impact économique est-on en droit d’attendre de l’investissement dans les infrastructures de transport reliant les deux pays ?
La réalisation de la route Tanger-Dakar, aujourd’hui opérationnelle ainsi que le doublement de liaisons aériennes entre Casablanca et Dakar (deux rotations par jour) contribuent incontestablement à l’amélioration des échanges entre les deux pays. La liaison maritime envisagée apportera également sa contribution à l’accroissement  des échanges entre le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal.

Quid de la présence des opérateurs économiques marocains dans les trois autres pays que vous couvrez ?
Les visites de SM le Roi Mohammed VI dans la zone (Sénégal et Gambie notamment) ont constitué un signal très fort pour le développement des échanges entre le Maroc et cette zone. Ces diverses initiatives royales s’inscrivent dans la volonté manifeste d’ancrer le Maroc dans la sous-région Nord-ouest africaine avec laquelle le Royaume est lié par des relations multi-séculaires.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *