Les professionnels du tourisme gardent leur optimisme

Les professionnels du tourisme gardent leur optimisme

En dépit des turbulences auxquelles a été sujette, la destination Marrakech résiste toujours. Depuis 2008, la crise économique mondiale a menacé la ville ocre et pourtant Marrakech est restée forte. S’ajoute à cela l’attentat d’Argana, qui dans quelques semaines clôturera sa première année. Ce triste événement qui s’est perpétré au cœur de Marrakech, n’a pas réussi à ébranler son assise touristique. La ville a maintenu à la hausse sa capacité hôtelière en chambres. Les établissements touristiques sont passés de 25.750 chambres en 2010 à 27.750 chambres en 2011. Même constat pour la capacité hôtelière en lits. Le nombre des lits est en croissance notable marquant un passage de 49.000 lits en 2010 à 55.000 lits à fin 2011. Cependant, la ville a connu un léger repli au niveau des nuitées et arrivées. Les nuitées réalisées en 2011 dans la ville ocre sont de l’ordre de 5.001.323 nuits contre 6.357.891 nuits en 2010. Les arrivées, quant à elles, ont reculé de 239.917 personnes pour atteindre un total de 1.540.323 en 2011 contre 1.780.240 en 2010. Le taux d’occupation a, pour sa part, fléchi pour se situer aux alentours de 45 % contre 50 % en 2010. «Contrairement à ce que l’on peut croire, les baisses ne sont pas catastrophiques. Elles ne dépassent pas le seuil de nos prévisions», déclare à ALM Abdelatif Abouricha, responsable de communication au sein du Conseil régional du tourisme (CRT) de Marrakech, soulignant que «le CRT appelle tous les acteurs touristiques de la ville à procéder au démarchage notamment par la participation aux événements touristiques de grandes envergures tant bien au niveau régional qu’international». Le CRT illustre, dans ce sens, par les prouesses de certaines établissements touristiques en temps de crise. Grâce à des actions internes, le Sofitel a réalisé en 2011 un taux d’occupation de 64 % devançant ainsi l’hivernage dont le taux se situe aux alentours de 53 %. Si certains établissements ont réussi à tirer leur épingle du jeu, d’autres peinent à s’affirmer en ce moment crucial. A titre d’exemple, le Palais Jad Mahal, l’une des adresses incontournables de la ville de Marrakech en matière de divertissement, a été impacté par la conjoncture. Selon Abdellatif Maachi, gérant de Jad Mahal, le chiffre d’affaires a accusé une baisse allant de 15 à 20 %. Toutefois, les responsables de cet espace le plus prisé de la ville ocre rassurent sa clientèle de maintenir la cadence et reprendre le rythme entrepris depuis sa création en 2003. Par ailleurs Marrakech augure de belles perspectives. En revanche, les opérateurs touristiques se trouvent en lutte permanente contre l’informel. 30.000 lits ont été recensés dans ce sens, répartis entre appartements, riads, maisons d’hôte et villas informels.
À cet effet, un comité de veille a été constitué récemment sous l’égide du CRT et des autorités locales visant à abolir tout acte informel et promouvoir Marrakech en tant que destination touristique incontournable.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *