Les Régions au coeur du Plan Maroc Vert

Le Plan Maroc Vert souffle sa première bouge, mardi 21 avril, avec la tenue des 2èmes Assises de l’Agriculture. Une année après son lancement officiel, cet ambitieux Plan entame sa phase régionale avec la signature des 16 Plans agricoles régionaux. Ainsi, cette seconde édition a été placée sous le thème « Les Régions au cœur du Plan Maroc Vert ». Désormais, chaque région a son propre Plan Maroc Vert avec ses spécificités et ses modèles de développements.
Ce projet de régionalisation a été lancé par le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime en décembre 2008. Les responsables de ce département ont entamé une tournée dans les 16 régions du Maroc en coordination avec le ministère de l’Intérieur. Cette tournée a pour objectif d’exposer le Plan Maroc Vert spécifique à chaque région avec ses enjeux et ses défis. «La finalité étant pour le département de l’Agriculture de bâtir avec ses partenaires, walis et autorités locales ainsi que les opérateurs agricoles de chaque région, une vision commune afin de porter ces programmes régionaux de mise en œuvre  du Plan Maroc Vert et de contribuer à sa réussite», souligne-t-on au département d’Aziz Akhannouch.  Avec cette «démarche participative», le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime a réussi à conclure des contrats agricoles régionaux avec les présidents de région et les présidents des Chambres d’agriculture. «L’élaboration et la mise en œuvre de plans agricoles régionaux est une étape importante dans la mise en place du Plan Maroc Vert», selon la même source.
En effet, le Plan Maroc Vert, qui vise à atteindre un PIB supplémentaire de 70 à 100 milliards de dirhams dans les 10 à 15 années à venir, s’articule autour de deux piliers. L’objectif du pilier I est de développer une agriculture performante, adaptée aux règles du marché, grâce à une nouvelle vague d’investissements privés, organisés autour de nouveaux modèles d’agrégation équitables. Par contre, l’objectif du pilier II est de développer une approche orientée vers la lutte contre la pauvreté, en augmentant significativement le revenu agricole des exploitants les plus fragiles, notamment dans les zones périphériques.  
Le Plan Maroc Vert se veut un programme pragmatique destiné à assurer le développement rapide de l’agriculture marocaine et un accroissement annuel du PNB, à la mesure des potentialités du pays. «Ce plan vise à faire du secteur agricole le principal moteur du développement économique national, au cours des quinze années à venir, et ce, en passant du schéma dichotomique traditionnel agriculture moderne Vs agriculture, à une vision stratégique garantissant une certaine harmonie entre toutes les catégories sociales et les régions», a souligné Sa Majesté Le Roi Mohammed VI dans un discours à la Conférence de l’Organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture en juin 2008. «Ceci requiert évidemment le renouvellement et la restructuration du tissu des intervenants, par l’encouragement de l’investissement privé, et l’adoption du modèle d’«agrégation» qui a fait la preuve de son efficacité et de son succès aux niveaux national et international», a-t-il ajouté.
Ainsi, et à l’instar des succes stories à l’international, le Plan Maroc Vert prône le modèle de l’agrégation qui offre une double opportunité. Pour  l’agriculteur, il a le libre choix  de travailler avec l’un ou l’autre des agrégateurs présents sur un périmètre donné, ou même de ne pas choisir l’agrégation. Chose qui permet une multiplication des opportunités de développement. Pour l’agrégateur, l’agrégation permet de dépasser le problème du foncier, le périmètre d’agrégation étant constitué d’une ferme qu’il exploite en propre et périmètre exploité par leurs propriétaires, dont il agrège la production.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *