Les revenus agricoles améliorés de 66% et 48 millions de journées de travail créées

Les revenus agricoles améliorés de 66%  et 48 millions de journées de travail créées

Levier essentiel du développement socio-économique, l’agriculture est sans conteste l’un des principaux pourvoyeurs d’emploi au Maroc, particulièrement au monde rural où près de 80% de la population tire ses revenus du monde agricole. Le secteur se veut un important réservoir d’employabilité captant ainsi plus de 40% de la population active.

Cette dynamique a été renforcée par le lancement du Plan Maroc Vert. Parmi les orientations de cette stratégie figure l’amélioration des revenus des agriculteurs à travers notamment le renforcement des compétences et la création de nouvelles activités génératrices de revenus. Les efforts consentis ont permis de créer durant les dix dernières années une centaine de milliers d’emplois dans le monde rural (voir entretien page 23). Une effervescence tirée par les dispositions du pilier II renforçant les attributions de l’agriculture solidaire.

Se référant au ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, les différents programmes et projets entrepris dans le cadre du Plan Maroc Vert ont permis d’améliorer l’emploi dans le secteur agricole entre 2008 et 2018. On relève dans ce sens 48 millions de journées de travail additionnelles sur ladite période, soit plus de 250.000 à 300.000 équivalents emplois temps plein. La répartition de ces emplois par filières place la filière végétale en tête avec une proportion de 69%. De même, 31% des emplois créés dans le monde agricole ont été observés dans le secteur de l’élevage. Ces créations se sont nettement répercutées sur le revenu des agriculteurs. Ces derniers se sont améliorés de plus de 66% affectant positivement le pouvoir d’achat de la population rurale qui au cours de cette dernière décennie a pu accéder à de nouveaux services. Ces chiffres sont amenés à se consolider grâce à la mise en oeuvre du contrat programme de développement des industries agroalimentaires. Ce dispositif déployé récemment permettra de créer à terme 371 nouvelles unités industrielles, soit 38.500 emplois supplémentaires et une valeur ajoutée additionnelle de 13 milliards de dirhams.

L’auto-emploi des jeunes ruraux se dynamise
Il est à noter que le Plan Maroc Vert a accordé une attention particulière aux jeunes qui représente un tiers de la population rurale nationale.
La croissance positive du taux de scolarisation dans les zones rurales, le développement de la formation supérieure et technique ainsi que l’accès au crédit ont permis de soutenir l’entrepreneuriat des jeunes au niveau rural faisant émerger une nouvelle catégorie d’exploitants âgée entre 15 et 35 ans. Une panoplie d’actions a été engagée dans le cadre du Plan Maroc Vert en vue de promouvoir l’auto-emploi des jeunes dans le monde rural. La mesure phare a consisté en la mise en oeuvre d’une stratégie d’enseignement et de formation agricole.
Ce dispositif a permis d’améliorer la qualité de la formation dans le secteur et de diversifier les filières en déployant les infrastructures matérielles et pédagogiques nécessaires à la modernisation du secteur. Ce renforcement de capacité a doté le secteur de compétences qualifiées aptes à prendre la relève agricole.

Plus de 1.600 projets engagés entre les deux piliers
Les différents chantiers du Plan Maroc Vert lancés entre 2008 et 2018 ainsi que les efforts engagés dans l’amélioration des superficies cultivées ont impacté positivement l’emploi dans le secteur agricole. Au total, 813 projets ont été lancés dans le cadre du pilier II profitant ainsi à 667.657 bénéficiaires. De même, 876 projets ont été initiés dans le pilier I sur une superficie de 266.600 hectares. De même, les activités de production à la ferme et dans les chantiers de travaux des trois grands programmes structurants d’irrigation (PNEEI, PEI et PPP en plus de la petite et moyenne hydraulique) ont permis l’équipement de 750.000 hectares pour un investissement de 31,6 milliards de DH au profit de 220.000 exploitations. En parallèle, le Plan Maroc Vert a permis la création de 7 agropoles lancés au niveau des régions de Meknès, de l’Oriental, du Tadla, du Souss, du Haouz, du Gharb et du Loukous. De même, deux plateformes logistiques et commerciales régionales ont vu le jour à Al Hoceima et Meknès. Une troisième est en phase de préparation à Agadir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *