Les sociétés de crédit survivent tant bien que mal

Les sociétés de crédit survivent tant bien que mal

Après une nouvelle année 2012 sauvée, les sociétés de crédit à la consommation ont de nouveaux défis à relever en 2013. En effet, le marché du crédit à la consommation s’en est sorti avec une croissance de 7% en 2012, ce qui donne des encours pour un montant global de 77,729 milliards de dirhams pour les sociétés de crédit à la consommation et les banques réunies. Plus en détail, les banques à elles seules ont enregistré un encours en croissance de 10,4% pour un montant de 39,305 milliards de dirhams. De l’autre côté, l’encours des sociétés de crédit à la consommation se contente d’une évolution de 3,2% pour un montant de 38,425 milliards de dirhams. De ce fait, la répartition des encours est de l’ordre de 51% pour les banques et de 49% pour les sociétés de crédit à la consommation. Aussi, en dix ans, les banques ont gagné 19 points de parts de marché par rapport aux sociétés de crédit pour passer de 32% en 2002 au 51% à la clôture de l’exercice 2012.
Cependant, la concurrence très rude des banques n’est plus la seule menace. Il y a aussi les nouvelles dispositions réglementaires de la LOA (leasing) avec dépôt de garantie. En effet, dans la loi des Finances 2013 le dépôt de garantie est désormais assujetti à une TVA de 20%. Ainsi, les sociétés de crédit auront à s’adapter à cette nouvelle donne tout comme elles se sont adaptées à la contribution à la solidarité sociale introduite par la loi de Finances 2012, ou encore l’application progressive des lois relatives à la protection des consommateurs et à la protection des données personnelles introduisant un changement important au niveau de la communication sur les prix et sur l’accès au crédit.
De ce fait, Wafasalaf qui a communiqué autours de ces nouvelles dispositions lors d’une conférence de presse tenue, mardi 12 mars, à Casablanca, a trouvé la bonne formule. «Bien que nous ayons fait le deuil des croissances à deux chiffres depuis l’exercice 2009, Wafasalaf maintient un niveau de croissance très correct par rapport au marché. Aussi, toutes ces pressions réglementaires sont devenues pour nous un levier de développement», a souligné Laila Mamou, présidente du directoire de Wafasalaf. La société compte faire de même pour les nouvelles dispositions réglementaires de la LOA avec dépôt de garantie. «Je suis sûre que les équipes de Wafasalaf vont nous étonner avec une nouvelle alternative à la LOA avec dépôt de garantie dans l’esprit de toujours innover pour ne pas s’arrêter», a expliqué Mme Mamou.
À ce titre, Wafasalaf a bouclé 2012 sur une production globale en croissance de 9,6%, s’établissant à 12,035 milliards de dirhams. Parallèlement, son encours brut a évolué de 11,4% pour s’établir à 23,840 milliards de dirhams et le résultat social consolidé de l’exercice 2012 ressort en évolution de 10,2%, atterrissant à 370,6 millions de dirhams.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *