Les sociétés de raffinage veulent développer leur politique RH

Dans le but d’enrichir mutuellement leurs expériences et leurs pratiques dans le domaine du raffinage de pétrole, et pour renforcer et élargir les relations de coopération, les sociétés de raffinage du continent africain, membres de l’Association des raffineurs africains (ARA), se sont rencontrées durant deux jours, dans le cadre du colloque organisé par la Samir (Société anonyme marocaine de l’industrie du raffinage) en collaboration avec l’ARA, les 23 et 24 juin à Skhirat. Les membres de l’ARA visent à travers cette rencontre, qui a eu pour thème : «Regards croisés sur les politiques RH», à mettre en place, à moyen terme, une stratégie commune de management moderne des ressources humaines. Ont pris part également à ce colloque Joel Dervain, président de l’ARA et directeur général de la SIR (Société ivoirienne de raffinage) et Mohamed Ghayate, directeur ressources humaines et relations institutionnelles de la Samir.
Le colloque a connu la participation de 33 pays africains ainsi que plusieurs spécialistes et consultants en ressources humaines. «Le développement des ressources humaines est un objectif principal de l’ARA», a souligné Joel Dervain. Deux protocoles d’accord ont été signés lors du colloque.
Le premier entre la Samir et la SIR. Il porte sur la mise à disposition mutuelle de compétence de métiers de raffinage de pétrole, d’organiser des formations conjointes ainsi que de participer à des séminaires. De même, il vise à  mettre en place une politique pérenne de communication pour la gestion des ressources humaines qui touche le domaine technique. Le second protocole d’accord a été signé entre la Samir et le Centre national de prévention et de protection (CNPP France).
Il concerne l’établissement d’un partenariat destiné à favoriser le renforcement de la maîtrise des risques opérationnels, au sein de la Samir et plus largement les entreprises ou les collectivités publiques actives sur le territoire national. En vertu de cet accord, le CNPP organisera des sessions de formation, des journées d’étude et de sensibilisation sur le site de la Samir à Mohammedia. L’accord prévoit aussi la création d’une école de feu et de l’environnement sur le site de Mohammedia. «L’un des facteurs majeurs qui influent sur la rentabilité de notre activité est le capital humain», a précisé M. Ghayate.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *