PROMO ALM
PROMO ALM

Les sociétés indiennes à l’assaut du monde

L’Offre publique d’achat sur l’européen Arcelor du numéro 1 de l’acier Mittal Steel, société de droit néerlandais dirigée par l’homme d’affaires indien Lakshmi Mittal, est la première vraie offensive d’un Indien, considérée comme brutale notamment en France dont le président Jacques Chirac est attendu à New Delhi en fin de semaine. Mais cela fait déjà deux ou trois ans que les entreprises indiennes investissent prudemment hors de chez elles, poussées par une forte croissance (aux alentours de 8%). "Depuis trois ans, les entreprises indiennes achètent à l’étranger, d’abord dans le software, la technologie, puis les automobiles, le pétrole, et sont de plus en plus respectées", explique H. L. Suresh, vice-président de la Indo -French Technical Association. Des thés britanniques de Tetley Tea et Typhoo Tea à la filiale poids-lourds du sud-coréen Daewoo en passant par le câblo-opérateur américain Flag Telecom, la liste des acquisitions s’allonge. En 2005, les 118 achats réalisés à l’étranger par des sociétés indiennes ont totalisé 2,91 milliards de dollars, soit sept fois plus qu’en 2001, selon Marti Subrahmanyam, professeur à la Stern School of Business de l’Université de New York .
Les plus importantes opérations ont été l’acquisition par les laboratoires Matrix du belge DocPharma (pour 313 millions de dollars) et des tubes cathodiques du français Thomson par le fabricant de téléviseurs Videocon (292 M USD). Jusqu’à il y a peu, cette expansion à l’international était impossible avec un contrôle des changes sévère du fait de faibles réserves en devises. Aujourd’hui, la donne a changé avec 140 milliards USD dans les caisses, un contrôle des changes assoupli et une Bourse qui franchit des seuils historiques. A ce stade, les conquérants indiens sont encore essentiellement de petite taille mais ils sont solides, avec un tissu d’entreprises restructuré depuis le début de la libéralisation économique en 1991 et une diaspora efficace qui leur permet de bien cibler leurs proies, petites également (l’achat moyen est de 30 M USD) et en premier lieu en Europe , constatent des experts.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *