Lesieur Cristal : Résultats en hausse

Lesieur Cristal : Résultats en hausse

Ahmed Rahhou, PDG de Lesieur Cristal Maroc, a marqué de son empreinte son premier exercice plein à la tête de la société. La conférence de presse organisée le 22 mars au sein de l’usine, a levé le voile sur les nouvelles orientations.
L’exercice 2003 a été marqué par la poursuite de la tendance haussière sur les cours des matières premières, l’entrée en activité d’une unité de trituration concurrente, le renforcement de la concurrence dans un environnement libéralisé et la poursuite de la rationalisation des circuits de distribution.
Les faits qui ont marqué cette année portent sur l’acquisition de 100 % de la société CMB Plastique, la certification ISO 9001 version 2000 des activités trituration, raffinage et ventes des tourteaux et des huiles aux industriels.
Côté résultats, celui d’exploitation de la société a accusé une baisse de 30 % par rapport à 2002, en raison du renchérissement des huiles brutes (+22 %) et des graines (+26%), partiellement atténué par la baisse du dollar (11 %). Toutefois, la non-répercussion immédiate de ces hausses sur le prix au consommateur est à mettre à l’actif de la société. La hausse des prix de vente est de l’ordre de 6%. Autres faits marquants, une politique marketing plus agressive, un renforcement de la structure de vente et la constatation de provisions pour risque et charges.
Le résultat net ressort à 191 MDH, après prise en compte du résultat financier (+35,0 MDH). Le Conseil d’administration propose à la prochaine Assemblée générale la distribution d’un dividende de 70 DH par action. Il suggère aussi la distribution d’un dividende exceptionnel de 100 DH par action, compte tenu de la situation excédentaire de la trésorerie de la société.
Cette distribution permettra de rationaliser la structure financière de Lesieur Cristal, tout en préservant ses capacités de développement. Côté perspectives, Lesieur Cristal compte suivre une politique de croissance rentable articulée autour de la sauvegarde de ses parts de marché, la gestion proactive des achats de matières premières et de couverture des risques de change, l’ouverture à l’international et le développement de l’activité huile d’olive.
Toutefois, Ahmed Rahhou n’a pas manqué de tirer la sonnette d’alarme. Les accords de libre échange, s’ils présentent des avantages certains pour le Maroc, ils ne présentent pas moins une menace. «Si aucune réponse de l’Etat n’est mise en place en matière d’accompagnement de l’accord de libre-échange avec les USA, la filière oléagineuse dans sa totalité pourrait disparaître», affirme le PDG. Si ces propos peuvent paraître alarmistes, ils ne sont pas pour autant injustifiés. Les échéances d’un “démonte-pneu douanier” ont été avancées. Cette donne est de nature à perturber l’effort de mise à niveau amorcé. La force de frappe est assurément du côté des opérateurs étrangers.
À titre d’exemple, la large gamme de produits financiers à leur disposition sont de nature à servir une compétitivité bien en avance. Les lourdeurs et le manque de réactivité de l’Office des Changes ne rendent assurément pas service aux opérateurs. Reste à espérer un réveil à temps. Sinon, les conséquences seront douloureuses.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *