L’Espagne débloque 108,3 millions d’euros pour l’ONE et l’ONCF

L’Espagne débloque 108,3 millions d’euros pour l’ONE et l’ONCF

Un accord de crédit entre l’Office national des chemins de fer (ONCF), l’Office national de l’électricité (ONE) et l’Institut de crédit officiel espagnol (ICO) pour le financement de trois grands projets relatifs aux secteurs des énergies renouvelables et le réseau de transport ferroviaire a été signé, hier mardi 28 avril, au siège du ministère de l’Economie et des Finances à Rabat. L’ICO est désormais lié avec deux conventions à l’ONE et à l’ONCF pour un montant global de 108,3 millions d’euros. Cette cérémonie de signature a été présidée par Salaheddine Mezouar, ministre de l’Economie et des Finances, et Luis Planas Puchada Tejada, ambassadeur d’Espagne à Rabat.
Ainsi, Ali Fassi Fihri, directeur général de l’ONE, et Ramo Iribarren, directeur général de l’ICO, ont signé une convention de prêt de 100 millions d’euros. Ce prêt est destiné au financement partiel de la construction de la centrale thermo-solaire de Aïn Beni Mathar réalisée par l’ONE. Le projet de construction de cette centrale permettra de promouvoir les énergies renouvelables et de diversifier les ressources énergétiques pour la production de l’électricité au Maroc. Et ce, à travers la contribution à hauteur de 8,5 % de la production nationale, la réalisation d’une économie de 12.000 tonnes de fuel par an et la réduction des émissions de CO2 de 33.500 tonnes par an.
La deuxième convention signée par Rabie Khlie, directeur général de l’ONCF, et M. Iribarren concerne un prêt de 8,3 millions d’euros destiné au financement de la réalisation d’un système de télécommande des sous-stations et postes de sectionnement à travers le réseau de l’ONCF. Ce projet vise à assurer une meilleure protection des lignes ferroviaires et une modernisation de l’architecture de la protection de ces lignes. À cette occasion, M. Mezouar a procédé à la signature des lettres de garantie afférentes aux deux prêts. Il a exprimé, à cet égard, «la satisfaction du Maroc quant à l’intérêt porté par les autorités espagnoles pour accompagner les projets publics de notre pays dans les secteurs prioritaires, telles que les énergies renouvelables et les infrastructures ferroviaires».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *