L’Etat à la rescousse du CIH

Soutenu par la reprise dans les secteurs du tourisme et de l’habitat au Maroc ainsi que le soutien de l’Etat et des banques les responsables du crédit immobilier et hôtelier (CIH) ont pu clarifier, à fin septembre, des dossiers d’un montant global de deux milliards de dirhams, soit par voie de justice ou à l’amiable. C’est ce qu’à déclaré l’argentier du Royaume M. Oualalou mercredi lors de la séance des questions orales à la chambre des représentants.
En effet, ces résultats sont liés principalement aux différentes mesures prises dans les secteurs du tourisme et de l’habitat. Ces mesures ont permis d’aboutir à des résultats qui ont dépassé les objectifs du plan de redressement en matière de recouvrement des crédits. Ainsi les dépôts sont passés de 7 milliards de dirhams en 1999 à 8,5 milliards de dirhams en 2001. Ce qui a permis de réduire les charges des recettes et de maîtriser les frais de gestion dont le montant n’a pas dépassé 5 millions de dirhams telque prévu par le plan de redressement. Cependant, pour se prémunir des risques en matière d’octroi de nouveaux crédits, M. Oualalou a fait état de la création d’une cellule chargée de l’évaluation des risques ainsi de la société « Maroc Titrisation » pour parvenir à un taux de recouvrement de 96 %. Par ailleurs le résultat bancaire net a connu une amélioration sensible qui va au-delà des objectifs tracés dans le plan de redressement. Ainsi le résultat bancaire net a atteint 128 millions de dirhams en 2000, alors que le plan de redressement prévoyait un montant de 52 millions de dirhams. À cela s’ajoute également la constitution d’une cellule au sein du CIH chargée de suivre de près les dossiers de crédit notamment dans le secteur du tourisme. De même il faut rappeler qu’une liste de 126 dossiers de crédit d’un montant global de 6,3 milliards de dirhams a été arrêtée à fin juin dernier. Parmi ces dossiers, 16 sont en cours d’examen en vue de parvenir à des solutions alternatives. Alors que d’autres crédits d’une valeur de 567 dirhams ont été réglés définitivement.
Des négociations sont en cours pour le règlement de crédits d’un montant de 2,3 milliards de dirhams, d’autres dossiers sont entre les mains de la justice, et d’autres difficiles à récupérer ont été identifiés. Le ministre a fait observer que ces mesures ont permis, au cours des neuf premiers mois de 2001, de recouvrer 247 millions de dirhams, rappelant que le CIH oeuvre aussi pour le rééchelonnement des crédits des établissements hôteliers dont les revenus ne leur permettent pas d’honorer leurs dettes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *