L’euro au plus haut niveau

L’euro a atteint mercredi 1,2957 dollar vers 15h30 mn GMT, un niveau pas constaté depuis le 5 juin dernier. La pression sur le billet vert s’intensifie donc à mesure que se dessine le point final du cycle de resserrement monétaire américain. La Réserve fédérale (Fed) n’a plus modifié son taux directeur depuis un dernier relèvement à 5,25% en juin. «Les craintes d’un ralentissement prononcé de la croissance américaine ont ressurgi vendredi dernier suite à la publication d’une forte chute des mises en chantier en octobre», ont souligné les analystes. «La dégradation de l’immobilier pourrait se répercuter sur les autres secteurs d’activité qui demeurent pour l’heure solides et cela a renforcé les anticipations de baisse des taux directeurs», ont-ils ajouté. Pour Marios Maratheftis, de la banque Standard Chartered, les fondamentaux économiques, en particulier la divergence de taux d’intérêt entre les Etats-Unis, où les taux stagnent, et la zone euro, où ils restent sur la pente ascendante, plaident pour un euro à 1,30 dollar à courte échéance. Si tel devait être le cas, l’euro pourrait évoluer bientôt à la fois au-dessus de 1,30 dollar et de 150 yens. La nouvelle serait fraîchement accueillie en France où la croissance a stagné au troisième trimestre, en même temps que les exportations ont reculé pour la première fois depuis six trimestres. Plusieurs hommes politiques ont récemment critiqué la politique de la Banque centrale européenne (BCE), réputée promouvoir un euro fort. «Un euro à 1,30 dollar n’est pas une nouvelle désastreuse», a relativisé Jonathan Loynes, du cabinet Capital Economics. «L’euro est déjà à un niveau historiquement haut et les exportations européennes ne se portent pas si mal que cela ». Le prix moyen d’un euro est en effet de 1,2510 dollar depuis deux ans, contre 0,90 dollar lors de sa mise en circulation au début de l’année 2002.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *