L’expérience de l’ADA saluée en Corée du Sud

L’expérience de l’ADA saluée  en Corée du Sud

Appuyer les pays africains en vue de leur permettre d’accéder aisément à la finance climat s’avère d’une grande importance. Une urgence soulevée par Al Mahdi Arrifi, directeur général de l’Agence pour le développement agricole (ADA), lors de son intervention à un panel de haut niveau en marge de la conférence mondiale de programmation du Fonds vert pour le climat. La participation du Maroc à cette manifestation de grande envergure qui s’est déroulée du 19 au 23 août en Corée du Sud n’est pas passée inaperçue.
L’occasion était de présenter à un large parterre les efforts et les ambitions du Royaume en matière de lutte contre les effets du changement climatique. A cet effet, le directeur général de l’ADA a rappelé l’importance accordée par le Maroc à cette conférence ainsi qu’au rôle grandissant du Fonds vert pour le climat à travers le financement des projets d’adaptation et d’atténuation notamment en Afrique. M. Arrifi a partagé avec les participants l’expérience de l’agence en tant qu’entité nationale accréditée dans la levée des financements auprès des fonds climatiques. Il a, par ailleurs, présenté l’état d’avancement des projets menés avec le Fonds vert dont le projet de développement de l’arganiculture sur 10.000 hectares (Dared) qui a été cité comme projet model par le directeur exécutif du Fonds vert pour le climat lors de l’ouverture de ladite conférence.
L’initiative AAA, visant l’adaptation de l’agriculture africaine, a été également au cœur de l’intervention d’El Mahdi Arrifi. Ce dispositif lancé par le Maroc lors de la COP22 présente un grand intérêt pour les différents fonds climatiques afin de financer les projets d’adaptation de l’agriculture à travers la facilitation de constitution de banques de projets d’adaptation, leur priorisation, leur programmation pour le financement et la supervision de leur réalisation conformément aux règles de bonne gouvernance, et ce dans divers pays africains victimes du changement climatique.

La délégation marocaine a profité de sa présence à cette conférence mondiale pour renforcer le volet partenariat. Plusieurs entretiens bilatéraux ont été tenus à cette occasion. Les représentants de l’ADA se sont ainsi entretenus avec le directeur exécutif du Fonds vert pour le climat et ses équipes pour examiner l’avancement du projet d’arganiculture Dared et les projets programmés prioritaires, ainsi que le projet de rehaussement des capacités de l’ADA pour lever des dons supérieurs à 50 millions de dollars par projet. Des échanges ont également eu lieu avec le directeur du Fonds d’adaptation.
Une entrevue qui a permis de faire le point sur l’avancement du projet d’adaptation et d’amélioration de la résilience au niveau des oasis de Tafilalet considéré également comme projet très réussi et modèle. Il a été décidé dans ce sens de prolonger le délai de réalisation de ce projet. Le directeur du Fonds d’adapotation a exprimé par ailleurs la disposition du Fonds à financer un autre projet similaire. Un prochain atelier international est prévu au Maroc, reflétant ainsi la disposition de l’ADA à collaborer avec cette instance dans le cadre de la coopération Sud-Sud. Il est à noter que l’expérience de l’ADA en matière d’accréditation et de bonne gouvernance dans le domaine d’accès au financement climatique a été saluée à plusieurs niveaux lors de cette conférence mondiale. L’ADA a saisi cette occasion pour insister sur la nécessité de simplifier les procédures pour faciliter l’accès à la finance climat, ainsi que sur la nécessité d’adapter les critères d’éligibilité aux spécificités de chaque projet et à son degré de priorité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *