LGV : La locomotive d’un Maroc à grande vitesse

LGV : La locomotive d’un Maroc  à grande vitesse

Le compte à rebours de l’entrée en service du Train à grande vitesse a commencé

Les travaux du projet de la Ligne à grande vitesse Tanger-Casablanca ont atteint un état d’avancement de plus de 92%. Les travaux s’accomplissent dans les délais impartis, sachant que la livraison est prévue en juin 2018.

Plus que quelques mois séparent encore le Maroc de sa première Ligne à grande vitesse (LGV). Il s’agit d’un des projets les plus attendus en raison de ses retombées, surtout sur le plan économique et social. Selon les dernières données dévoilées par l’Office national des chemins de fer (ONCF), les travaux du projet de la Ligne à grande vitesse Tanger-Casablanca ont atteint un état d’avancement de plus de 92%. Pour les responsables, les travaux s’accomplissent dans les délais impartis, sachant que la livraison est prévue en juin 2018. En août dernier, l’ONCF a fait savoir que les premiers essais du TGV ont été réalisés en février dernier, avec une vitesse de 160 km/h alors que les essais à 320 km/h ont débuté en septembre sur un tronçon de 120 km. De même, les responsables assurent que la préparation à l’exploitation avance conformément au planning arrêté.

Il faut dire que l’Office avait annoncé que les travaux de génie civil étaient déjà terminés. Pour leur part, les travaux relatifs aux équipements ferroviaires devraient être achevés avant fin 2017. Dès le premier semestre 2018, les essais d’homologation du système et son rodage seront lancés alors que la mise en service commerciale du projet est prévue au cours de l’été 2018. Le Train à grande vitesse desservira quatre villes, à savoir Tanger, Kénitra, Rabat et Casablanca. Il faut dire que la LGV est conçue selon les référentiels techniques conformes aux standards européens. Dans ce sens, de nombreux ouvrages d’art ont été réalisés. Au total, ce chantier compte 12 viaducs, 169 ponts-routes et ponts-rails et plus d’une centaine d’ouvrages hydrauliques, réalisés à 80 % par des entreprises marocaines. Les responsables affirment que le viaduc El Hachef, doté d’un investissement de 1,092 milliard de dirhams, constitue le plus long viaduc de la ligne (3,5 km) et l’un des ouvrages les plus spectaculaires du projet, qui présente des caractéristiques techniques impressionnantes. De nouvelles gares vont également accompagner ce mégaprojet. C’est le cas de la gare Casa-Voyageurs. Selon le cabinet chargé de la réalisation de la nouvelle gare, cette dernière est en fait conçue comme une gare-pont, posant au-dessus du faisceau de voies son long volume blanc et lisse, revêtu de tôle micro-perforée. «La lumière pénètre abondamment à l’intérieur, dans l’ample voûte lumineuse de 15 m de haut, qui englobe et abrite la traversée piétonne des voies, l’accès aux quais, des locaux d’attente, de contrôle et d’embarquement ainsi que des commerces et des services. Sur un sol de béton poli, et sous un ciel de litonnage bois, laissant filtrer la lumière et percé de trois grands oculus, un véritable jardin déploie des frondaisons luxuriantes de palmiers et d’eucalyptus», apprend-on auprès de la même source. S’agissant du matériel roulant, la LGV Tanger-Casablanca est dotée de rames Euroduplex11, construites par le spécialiste français Alstom. Dans les détails, la version commandée correspond à une déclinaison du TGV Duplex, capable de circuler sur les lignes classiques et adaptées au climat du pays. Concernant les tarifs, les responsables promettent des prix parmi les moins chers au niveau mondial pour une Ligne à grande vitesse.

A noter qu’une offre de TGV low-cost avait été lancée par la SNCF (Société nationale des chemins de fer français) depuis 2013. Baptisée Ouigo, l’offre en question s’inspire du modèle économique développé notamment par les compagnies aériennes low cost et qui consiste à la mise en vente de billets à des tarifs très compétitifs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *