L’hôtel des Arts : voyage dans le voyage

L’hôtel des Arts : voyage dans le voyage

Pour le moins, il s’agit d’un établissement insolite, qui ne reproduit pas  l’uniformité et le conformisme caractérisant la plupart des hôtels marocains. C’est le sentiment de tout visiteur au contact de cet hôtel et de ces appartements-résidences construits avec inspiration et art.
Quand on demande à l’architecte Aziz Lazrak, pourquoi avoir opté pour l’hôtellerie et non l’immobilier, la réponse est limpide : «Le tourisme est une locomotive. A la différence de l’immobilier et des logements sociaux à caractère d’abord économique, l’hôtellerie laisse une plus grande marge d’imagination à l’architecte. Je suis rêveur».
Et d’ajouter plus tard au détour de la conversation : «le tourisme c’est l’ouverture sur le monde. L’immobilier c’est un besoin interne ». Architecte des hôtels de la chaîne Farah Maghreb, et impliqué dans des projets touristiques au Maroc depuis les années 70, M. Lazrak a construit l’hôtel de ses rêves à Dar Bouazza.
 Comment est donc né cet établissement atypique qui promet l’évasion ? «Au départ, je visais une niche culturelle. Quand j’ai rencontré Dar Bouazza, je suis tombé sur le charme et j’ai voulu créer un lieu privilègié pour des rencontres internationales entre les artistes, les journalistes et les hommes de l’art en général. Une sorte d’endroit propice à la rêverie, aux échanges, à l’exemple des résidences pour artistes comme la Cité internationale des artistes à Paris ou encore la Villa Médicis à Rome».
La matérialisation du futur hôtel a commencé en 1998 autour du «Four à chaux», un petit monument du 19e siècle transformé par l’architecte en musée d’art contemporain. Viendra se greffer au concept, une quarantaine d’ateliers et de logements pour recevoir les artistes et tous ceux qui veulent rencontrer la culture marocaine et les créateurs,  sur de longs séjours.
A partir de 2001, l’architecte s’est rendu compte que ce produit, par son caractère universaliste, ne pouvait se limiter aux seuls artistes. Le musée des arts s’adresse aussi aux amateurs d’art, toute obédience confondue, aux collectionneurs et à ceux qui veulent rencontrer les artistes. «Et là je me suis dit que c’est l’occasion de construire un vrai hôtel dédié à l’art, avec sa spécificité et qui s’équilibrerait entre une clientèle de créateurs et une clientèle d’affaires». C’est la genèse de l’hôtel des Arts.
De la résidence pour artistes, on est passé à un hôtel atypique, avec une idée de l’international bien prononcée. En effet, une quinzaine de suites ethniques aménagées chacune selon le thème d’un des cinq continents (Suite Afrique du Nord, Suite Afrique Noire, Amérique, Europe…) offrent toute l’ambiance propice au dépaysement. Si bien que l’hôtel est devenu en lui-même un voyage dans le voyage. Tout le reste a suivi ce thème. Il en est ainsi  du restaurant les 5 Venus avec ses cinq sculptures magistrales réalisées de la main d’Aziz Lazrak lui-même.
Construit avec plein de soins et beaucoup de renvois aux thèmes artistiques, l’hôtel ambitionne de devenir un pôle d’attraction culturel pour Casablanca avec, des congrès, des expositions, des vernissages etc. Pour compléter le séjour du client, l’hôtel est doté d’un spa de 1 200 mètres carrés pouvant accueillir 100 curistes par jour. L’endroit remporte un grand succès auprès des connaisseurs. Quant aux Tours opérateurs, ils ont plébiscité le produit comme la plupart des Casablancais surpris, de retrouver un cadre agréable pour les week-ends à quinze minutes de leur résidence principale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *