L’impact de la conjoncture sur le tourisme

Le tourisme est secteur qui reste fragile par rapport aux conjonctures internationales. Il l’est encore plus quand il s’agit d’un pays comme le Maroc. Non seulement l’activité touristique est pénalisée, mais aussi tous les efforts liés à l’infrastructure et l’aménagement de nouvelles zones s’en trouvent freinés. Cela revient à poser une question aux allures naïves : 10 millions de touristes à l’horizon 2010, est-il réalisable dans un tel contexte ? Même si rien ne le garantit, le ministre du Tourisme, Adil Douiri demeure optimiste. «Nous maintenons nos objectifs. Les efforts liés aux nouvelles zones touristiques, notamment le plan Azur, vont bon train. Les investisseurs sont plus que jamais attitrés par ces projets. Là est notre priorité.
Quant à la capacité du Maroc d’attirer 10 millions de touristes, tout dépendra de la dynamique que les différents efforts créeront», a déclaré le ministre lors d’une conférence de presse tenue en marge du Méditour 2003, sur une question d’ALM.  M. Douiri, qui a par ailleurs souligné le faible impact que la guerre contre l’Irak a eu sur le tourisme national, et qui pour lui n’a guère dépassé une baisse de 13% des arrivées touristiques dans les villes de Marrakech et Agadir, a indiqué que l’activité touristique était stable à Casablanca.
Il a également déclaré que seule une stratégie globale visant la promotion de toutes les filières touristiques (loisirs, culture, éco-tourisme …) serait à même d’éviter que le secteur au Maroc ne soit comprimé à l’avenir. Il a, à cet égard, mentionné que les stations balnéaires en création dans le pays seraient « systématiquement rattachées aux zones rurales environnantes pour promouvoir également le tourisme rural et d’arrière-pays». Mais avant, la priorité reste, selon le ministre, d’établir une infrastructure hôtelière valable et un plan marketing qui puisse participer au rayonnement de la destination Maroc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *