L’industrie envoie des signaux négatifs

Face à une conjoncture économique défavorable marquée par le recul de la demande et l’essoufflement de l’investissement, les industries de transformation pourraient connaître à quelques exceptions près, une baisse de leur rythme de croissance pour le premier semestre 2002. C’est l’une des conclusions majeures de l’enquête menée du 10 décembre 2001 au 6 février 2002 par le Centre Marocain de Conjoncture (CMC). Utilisant la technique des sondages d’opinion, celle-ci porte sur un échantillon de 156 unités industrielles.
Les auteurs de cette étude précisent que les activités liées à l’agroalimentaire, des ouvrages en métaux et des machines en bureaux seraient les seules à connaître des évolutions positives en matière de production. Par ailleurs, les autres industries de transformation continueront à subir les effets négatifs de la conjoncture dépressive de l’économie depuis le début de cette année. A ce sujet, le CMC avance que la demande adressée au Maroc par ses principaux partenaires est en deçà des attentes des entreprises marocaines. Et d’ajouter que ces structures ont du mal à faire face à la compétition imposée par l’ouverture de l’économie nationale.
Selon le centre, plus 90% des industriels sondés déclarent que leur activité a été affectée par les conditions qui sévissent sur le plan national et international. 47% de l’échantillon estiment que les conditions de la conjoncture internationale ont été défavorables contre 10% seulement qui les jugent sans influence majeure sur leur activité.
En ce qui concerne l’industrie métallurgique de base, l’enquête du CMC fait ressortir que cette activité a connu un recul durant le second semestre 2001. Elle pourrait connaître une amélioration pour le premier semestre de l’année en cours. Pour le secteur du matériel de transport, la tendance haussière constatée depuis l’enquête du département du Commerce et de l’Industrie comme à s’infléchir. Toutefois, l’optimisme est de mise chez les professionnels du secteur qui tablent sur une croissance de leur activité pour le 1er semestre 2002. L’enquête menée par le CMC relève une reprise de l’activité pendant la même période au niveau du secteur de la chimie et de la para-chimie. Le Centre précise que cette reprise est loin durable. Un retournement de tendance est attendu par les opérateurs touchés par l’étude.
Les professionnels des ouvrages en métaux s’attendent à ce que la tendance haussière de la production constatée le second semestre 2001 soit reconduite pour le premier semestre 2002. La reprise sera également au rendez-vous aussi bien pour le secteur du matériel électrique et électronique que celui des articles en caoutchouc/ plastique et du matériel de bureau. Par ailleurs, les industriels des machines de bureau s’attendant à une stabilité de leurs activités pour la première moitié de l’année en cours. En matière d’investissement, l’enquête du Centre de Conjoncture constate que le climat des affaires ayant marqué l’année 2001 et le début de l’année 2002 n’a pas encouragé les industriels de redynamiser l’investissement. L’essentiel des investissements engagés concerne le renouvellement de l’existant, ce qui ne se traduit pas par la création de nouveaux emplois. Le CMC conclut que la tendance de l’investissement au cours du prochain semestre ne connaîtra pas un retournement notable.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *