L’informel, une chaîne destructrice qui envahit l’économie marocaine

L’informel, une chaîne destructrice qui envahit l’économie marocaine

Elle recèle un gisement annuel de près de 40 milliards de dirhams

Le secteur informel freine l’élan de compétitivité. La concurrence déloyale qu’engendre ce genre d’activité limite la rentabilité des secteurs pourvoyeurs de richesse et de rentabilité chamboulant ainsi les codes du marché national.

Il pèse plus de 20% du PIB hors secteur primaire et recèle un gisement annuel de près de 40 milliards de dirhams. Il s’agit du secteur informel qui ne cesse d’impacter l’économie nationale. Ce segment menace les 3 millions d’emplois existant dans le secteur formel et représente 10% de ses importations. C’est ce qui se dégage en gros de la dernière étude réalisée par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et dont les conclusions ont été présentées, jeudi 5 avril, à Casablanca. Le diagnostic établi a permis d’examiner les leviers de la compétitivité de l’entreprise marocaine. D’après le patronat, «la compétitivité ne peut provenir de quelques mesures conjoncturelles mais se construit dans le temps et initialement au niveau local. Elle ne peut par ailleurs être dissociée de l’environnement et de l’écosystème de l’entreprise».

Le secteur informel freine en effet cet élan de compétitivité. La concurrence déloyale qu’engendre ce genre d’activité limite la rentabilité des secteurs pourvoyeurs de richesse et de rentabilité chamboulant ainsi les codes du marché national. Un revirement à impact significatif est en train de s’opérer. Au lieu que le secteur formel tire vers le haut l’informel, la courbe s’inverse. Nombreuses sont les entreprises qui glissent aujourd’hui du secteur formel vers l’informel. Consciente du danger que cette situation peut entraîner, la Confédération a proposé à travers cette étude des mesures d’intégration en vue de rendre le secteur formel plus attractif et de s’attaquer à l’origine des produits vendus qui ne sont soumis ni aux impôts, ni aux charges sociales et qui ne respectent pas les normes de conformité.

«L’informel est une chaîne destructrice de valeur, qui crée de la précarité pour le capital humain, n’enrichit pas l’Etat, fait peser un grand danger sur notre tissu productif et qui nous somme d’agir et de prendre les mesures adéquates», soutient le patronat à ce propos. Les recommandations du secteur privé ont été partagées avec l’ensemble des parties prenantes. Citons dans ce sens le Haut Commissariat au Plan, la direction générale des impôts, l’administration des douanes et impôts indirects, Bank Al-Maghrib, ainsi que le ministère de l’intérieur et le ministère de l’industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique.

Les principales propositions  (voir encadré) ont porté sur  la réduction du gap de compétitivité fiscale entre le secteur formel et informel ainsi que sur l’accompagnement dans l’intégration des unités de production informelles à l’économie formelle. Le patronat a, par ailleurs, appelé à la lutte contre les leviers de l’économie souterraine, l’assèchement de la contrebande et la lutte contre la corruption. Les chefs d’entreprises ont par ailleurs souligné le rôle prépondérant que jouent l’éducation et la formation dans la lutte contre le secteur informel. Rappelons que l’étude de la CGEM a été menée suite à un appel à manifestation d’intérêt qui a été remporté par le cabinet Roland Berger. Les fédérations professionnelles ont également contribué à l’élaboration de cette étude aux côtés des chefs d’entreprises et représentants des pouvoirs publics. C’est dans ce sens qu’un comité de pilotage a été créé représentant ainsi les principaux secteurs et commissions souffrant de l’informel. Notons que l’étude s’est attardée dans un premier temps sur la caractérisation du secteur informel ainsi que ses impacts sur la compétitivité des entreprises. En outre, un benchmark a été mené avec des pays ayant suivi une stratégie réussie d’intégration du secteur informel, en l’occurrence le Chili et la Turquie.

Ce que propose le patronat

Renforcement de l’attractivité du formel à travers une meilleure compétitivité des entreprises 

Réduction du gap de compétitivité fiscale entre le formel et l’informel en allégeant à titre d’exemple la fiscalité sur le travail et les outils de production

Simplification de la TVA

L’augmentation des droits de douane sur l’importation de certains produits finis

Accompagnement dans l’intégration des unités de production informelles à l’économie formelle

Mise en place d’un cadre réglementaire spécifique et incitatif pour les unités de production informelles (UPI)

Accompagnement de la transition des UPI  à travers un appui à l’accès au marché et le renforcement de leurs capacités.

Lutte contre les leviers de l’économie souterraine

Intégration des fédérations de la CGEM dans le processus de détection des fraudes

L’établissement de référentiels en impliquant le secteur privé.

Assèchement de la contrebande :

Création des conditions de transfert de la main-d’œuvre de contrebande à l’emploi productif formel.

Renforcement des contrôles sur tous les fronts de la contrebande.

Education et formation

Sensibilisation des consommateurs aux méfaits de l’économie informelle.

Mise en place d’un espace d’e-learning pour faciliter l’adaptation aux pratiques formelles et opérations comptables.

Lancement des programmes de formation et mettre à disposition des outils comptables simplifiés. Promotion de l’emploi formel et ses avantages.

Lutte contre la corruption

Digitalisation des services publics

Baisse des plafonds du paiement cash autorisés.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *