L’institut Amadeus accompagne le Maroc en mouvement

Amadeus s’inscrit dans ce nouveau contexte, et souhaite, en sa qualité d’institut du Sud de la Méditerranée, participer pleinement à la construction euroméditerranéenne dans sa nouvelle conception. En ce sens, l’institut Amadeus a pour objectifs de devenir un centre de réflexion et d’analyse de thèmes stratégiques touchant le Maroc, le Maghreb, la Méditerranée et l’Union européenne (UE), ainsi qu’une plate-forme d’interaction entre gouvernements, secteurs privés, sociétés civiles, universitaires et futurs décideurs. 
Amadeus est constitué d’une équipe jeune, à l’image d’un Maroc aux compétences et structures émergentes. L’institut Amadeus a été créé avec comme première ambition de jouer un rôle dans la coopération Nord-Sud, principalement dans le cadre de trois processus et outils institutionnels, le partenariat euro-méditerranéen de Barcelone, la politique européenne de voisinage (PEV) et l’Union pour la Méditerranée (UPM). Ses actions puisent autant dans l’expérience des chercheurs associés, que dans le regard moderne des jeunes diplômés chercheurs et actifs , membres de l’institut . Ce «think thank» indépendant est reconnu à travers ses domaines de recherche qui portent sur le Maroc et la coopération Maghreb-Union européenne, sur les enjeux géostratégiques contemporains, sur l’économie mondiale et sur les stratégies de développement. Ce «think thank» est doté d’un conseil scientifique qui est coprésidé par Mustapha Terrab, directeur général de l’Office chérifien des phosphates, et Christian de Boissieu, président du conseil d’analyse économique auprès du Premier ministre français.
Par ailleurs, l’institut Amadeus a également annoncé que plusieurs personnalités éminentes comme  André Azoulay, conseiller de SM le Roi, Mustapha Terrab, directeur général de l’Office chérifien des phosphates (OCP), Hervé de Charrette, ancien ministre français des Affaires étrangères, Fayçal Laraïchi, président-directeur général de la Société nationale de radiodiffusion et de Télévision (SNRT), Moulay Hafid Elalamy, président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), ont rejoint son conseil scientifique. Ces personnalités compétentes permettront, sans aucun doute, d’accroître considérablement la portée et l’efficience des travaux et de ses manifestations.
Cette conférence de presse a connu la participation, en tant qu’intervenant, de Brahim Fassi Fihri , président de l’institut Amadeus qui s’est dit fier de la création de cet institut. Rappelant qu’Amadeus a été créé en 2005 en tant qu’association pour promouvoir le processus de Barcelone, avant d’être érigé en institut début 2008. Le lancement de cet institut, établi à Rabat, s’explique par «le souhait d’établir des recommandations sur des questions stratégiques touchant notre pays» et de profiter du débat sur le projet de l’Union pour la Méditerranée (UPM) afin de «consolider davantage l’image de marque du Maroc au niveau international en menant des actions concertées et efficaces de lobbying», a-t-il ajouté.
Par ailleurs d’autres responsables de l’institut Amadeus ont exposé, à cette occasion, les actions programmées par cet établissement et donné un aperçu sur le Centre d’analyses et de publications (CAP), un organe chargé de la coordination de la production intellectuelle de l’institut.
Enfin, l’institut Amadeus organisera sur deux jours un prestigieux forum, appelé «Medays». Ce forum annuel international, abrité par la ville de Tanger, est l’événement phare organisé par l’institut Amadeus. Il permet de confronter les avis de responsables et spécialistes des deux rives de la Méditerranée , sur les différentes problématiques et thématiques prioritaires d’ordres politique, économique et socioculturel,liées à la région euro-méditerranéenne.
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *