L’introduction en Bourse se délocalise

L’introduction en Bourse se délocalise

Le numéro un Français de l’introduction en Bourse, Louis Thannberger, s’introduit au Maroc. Le célèbre Monsieur Introduction en Bourse (plus de 300 opérations à son actif) et fondateur d’Europe Finance et Industrie (EFI), était présent, le jeudi 3 juin au Maroc. Un accord de partenariat avec la société de Bourse marocaine Finergy a été signé. Les deux partenaires se lancent à l’assaut des entreprises marocaines en croissance.
Les deux établissements se sont donné comme objectif de développer en commun une activité de banque d’affaires, dont l’introduction en Bourse sera l’un des fers de lance, auprès des entreprises marocaines performantes.
« Le tout pour financer leur croissance et :ou valoriser et rendre liquide le patrimoine de leurs propriétaires », tient à préciser Noureddine Chammat, administrateur-directeur général de Finergy. L’objectif recherché par la société de Bourse marocaine à travers cette association au spécialiste de l’introduction en bourse, qui en a d’ailleurs fait son seul métier, est de profiter de cette riche expérience.
« De ces 300 entreprises, Europe Finance et Industrie, grâce à la Bourse et au fameux effet turbo, a réussi à faire éclore des dizaines de best-sellers qui figurent aujourd’hui parmi les fleurons de l’économie française. C’est le but recherché par Finergy pour le Maroc», ajoute Noureddine Chammat.
Pour sa part, Louis Thannberger, président fondateur d’EFI, avec sa rythmique et son énergie bien connue des médias français, ne fait pas de différences entre les entreprises marocaines et européennes. L’éternel « faux problème » de la transparence des bilans est bien connu ailleurs. Pour lui, prétendre, dans le contexte actuel marqué par les bouleversements de partenariat entre banque et entreprise, que les chefs d’entreprise sont tenus par le bras et le haut de bilan, c’est enfoncer des portes ouvertes. «Du crédit pour les PME, quoique je n’aime pas ce qualificatif auquel je préfère entreprise en croissance, il y en aura toujours moins ! sans parler des garanties.
La concentration des banques est terrible, seul le financement des grands groupes les intéresse encore », précise Louis Thannberger.
Selon son expérience, Louis Thannberger invoque trois raisons importantes pour s’introduire en Bourse. La première, financer le développement de son entreprise et accélérer sa croissance. Ainsi, en interne, la Bourse permet d’accroître la capacité de recherche et de production, de lancer de nouveaux produits, de mobiliser et fidéliser les collaborateurs par intéressement au capital. En externe, une accélération de la croissance par rachat de concurrents (possibilités de paiements en titres), partenariats, présence à l’international s’en suivent.
La deuxième est assurément une meilleure valorisation de la société. L’affirmation de son image et de sa crédibilité dans son secteur d’activité : image de dynamisme, leadership … en est la résultante. Le développement de la notoriété et la reconnaissance auprès de l’ensemble des acteurs de la vie économique en résulte. En plus, un meilleur rapport des forces avec ses banquiers et une valorisation patrimoniale est assuré. La troisième raison, reste certainement, une évolution dans la  » cour des grands « . Ainsi, faire découvrir l’entreprise au monde de la finance et l’acclimater au marché boursier devient facile.
L’entreprise est mieux identifiée auprès des décideurs institutionnels financiers et des grands comptes. « Une introduction, c’est aussi une consécration qui marque une étape importante dans la vie de l’entreprise et dans celle de son créateur », martèle Louis Thannberger. Cette étape importante lui révèle souvent des potentialités importantes que lui-même ne soupçonnait pas.
Par conséquent, pourquoi ne pas chercher à entrer dans la cour des grands ?

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *