Liquidité bancaire : Bank Al-Maghrib comble le besoin des provinces du Sud

Liquidité bancaire  : Bank Al-Maghrib comble le besoin des provinces du Sud

Auncun problème de fluidité n’est identifié dans les provinces du Sud. C’est ce qu’a assuré Idriss Azami Al Idrissi, ministre délégué auprès du ministre de l’économie et des finances chargé du budget, en réponse à une question des harakis, mardi à la Chambre des représentants. M. Azami a fait savoir dans son intervention que «les succursales de Bank Al-Maghrib, dans la région du Sud, fournissent le réseau bancaire quotidiennement des valeurs mobiliéres afin de répondre aux besoins des clients». Et de préciser qu’aucune doléance n’a été relevée dans ce sens que cela soit des instituts bancaires ou des clients eux-mêmes .
Le ministre, a par ailleurs, souligné qu’ «en cas d’illiquidité, Bank Al-Maghrib demeure disposée à combler les lacunes qui peuvent être observées à cet égard, et ce en fournissant la liquidité en conformité des besoins de l’économie locale des provinces du Sud» . Et de poursuivre que «dans le contexte de la régionalisation avancée, Bank Al-Maghrib prendra les mesures nécessaires pour faire face à cette politique à tous les niveaux, y compris l’adéquation du réseau d’agence au niveau approprié du système régional souhaité» .
Par répartition régionale, les compétences territoriales des succursales de Bank Al-Maghrib à Laâyoune, Boujdour, Sakia Al Hamra, Oued Eddahab, Lagouira, Guelmim et Smara sont réparties sur le réseau bancaire d’Agadir, Ouarzazate et Laâyoune. Notons que toute une stratégie d’élargissement du réseau bancaire sur le territoire national est mise en œuvre. Cette feuille de route est basée sur des critères spécifiques prenant en compte les données économiques et financières de la trésorerie de chaque zone. «Sur cette base, l’intérêt de la banque centrale est d’accomplir des études périodiques pour mesurer l’adéquation du réseau bancaire aux besoins de développement des 16 régions du Maroc que cela soit sur les plans économique, financier et monétaire», fait savoir M. Azami Al Idrissi. Dans le même contexte, le ministre a souligné que Bank Al-Maghrib n’a pas procédé à l’ouverture de nouvelles agences bancaires au cours de cette année. «Se référant aux études menées dans ce sens, la banque centrale n’a pas jugé l’extension du réseau nécessaire tenant compte de la densité de la population des régions concernées, le niveau de création de richesse dans les régions du Sud ainsi que le volume des dépôts et des prêts», conclut le ministre.
Pour rappel, M. Azami Al Idrissi, qui a participé aux séances orales de la Chambre des représentants, est intervenu au sujet des produits bancaires alternatifs, la réforme de la retraite et la transparence des marchés publics.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *