L’OBG énumère les perspectives du marché des phosphates: Les opportunités d’OCP

L’OBG énumère les perspectives du marché des phosphates: Les opportunités  d’OCP

La production des phosphates sera renforcée au Maroc d’ici 2016. L’amélioration du marché mondial n’est pas l’unique facteur, puisque l’Office chérifien des phosphates (OCP) décline toute une feuille de route pour accroître la production au niveau national. C’est le constat établi par l’Oxford Business Group (OBG) dans sa dernière analyse. Se référant à l’analyse, OCP sera bien placé pour récolter les fruits de la reprise du secteur.

L’Oxford Business Group a énuméré à cet égard les projets engagés par l’Office. Citons, dans ce sens, le programme d’investissement de 145 milliards de dirhams qui, selon OBG, «contribuerait à augmenter la capacité de production d’OCP, réduirait ses coûts et lui assurerait un bon positionnement en vue de la reprise du marché». L’Oxford Business Group souligne également que «la hausse des ventes de produits finis tels que les engrais pourrait apporter une bouffée d’oxygène dans ce climat de crise de matières premières».

OCP projette dans ce sens des exportations d’engrais de l’ordre de 2,5 millions de tonnes en 2014, contre 2,3 millions de tonnes en 2013. L’OBG a, par ailleurs, rappelé les ambitions d’OCP en termes de doublement de ses capacités annuelles de production de phosphates, notamment sur la période 2007-2017.

En dehors de l’amélioration des activités en aval, OCP œuvre à développer ses mines actuelles et à construire de nouvelles unités. Ainsi, la construction d’une laverie à Merah, d’un pipeline de 235 kilomètres entre Khouribga et le site du Groupe à Jorf Lasfar ainsi que l’ouverture de trois mines à Khouribga porteront la production du site de 18,5 millions de tonnes à 38 millions de tonnes d’ici 2020.

L’extension de l’activité OCP à l’international dynamise le rôle de l’Office chérifien sur le marché. L’OCP a étendu récemment les ventes de ses produits finis phosphatés secs aux États-Unis et au Canada, et ce en vertu du contrat signé en mai dernier avec le producteur nord-américain de potasse «PotashCorp».

De même, l’Office a acquis au mois de juin une participation de 10% dans le capital du producteur d’engrais brésilien «Fertilizantes Heringer».

En Afrique, OCP s’affiche en tant que partenaire de taille des pays subsahariens. L’engagement africain a été renouvelé lors de la tournée royale en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale et se traduit par l’ouverture d’une nouvelle unité de production d’engrais dédiée à la vente sur le continent africain et dont la capacité de production s’élève à 1 million de tonnes par an.

En outre, l’Office chérifien des phosphates s’est joint à la Société équatoriale des mines (SEM) pour la mise en place d’un projet conjoint dans le domaine des engrais chimiques comprenant ainsi deux unités de production à la fois au Maroc et au Gabon.

L’analyse de l’Oxford Business Group a mis le cap, par ailleurs, sur la performance semestrielle de l’Office. Les six premiers mois de l’année se sont soldés par une baisse de 3,6% du chiffre d’affaires d’OCP, soit une valeur de 23,1 milliards de dirhams. Le premier semestre a également été marqué par la chute de 17,8% du bénéfice net s’établissant ainsi à 3,02 milliards de dirhams. De même, les exportations de phosphates ont rapporté au Maroc 17,55 milliards de dirhams, soit une baisse de 12,1 % par rapport à la même période de l’année précédente.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *