L’Observatoire Wafasalaf met la lumière sur le sport au Maroc

L’Observatoire Wafasalaf met la lumière sur le sport au Maroc

Budget alloué, temps consacré et activité préférée

L’amélioration de la condition physique est la principale raison qui pousse à pratiquer un sport (66%). Les autres raisons citées sont l’amélioration de l’apparence physique (40%) et de la santé (37%), le plaisir (37%) et la détente (21%).

Cela va faire un peu plus de deux ans que Wafasalaf a eu l’idée de créer «l’observatoire Wafasalaf». Forte de son expérience de plus d’un quart de siècle, l’entreprise a accompagné des millions de ménages dans leurs différents achats. Ceci lui a permis de développer une véritable connaissance des habitudes de consommation des Marocains.

Après avoir dédié sa première étude de 2018 à la transformation des comportements des ménages marocains dans le secteur automobile au mois d’avril, l’Observatoire Wafasalaf met la lumière sur un autre secteur qui déchaîne les passions, celui du sport.

Sous le thème «Regards croisés sur le sport comme levier de croissance économique et sociale», l’Observatoire a confié l’enquête au cabinet d’études LMS-CSA qui s’est chargé de la présenter à l’audience hier au siège de Wafasalaf à Casablanca.

Cette étude a été menée en deux phases : qualitative et quantitative. La première est sous forme de focus groupe et a été réalisée principalement à Casablanca et dans les localités semi-rurales (Sidi Aydi et Tnin Chtouka). Le cabinet a précisé que pour la phase quantitative, un échantillon de 833 personnes composé de femmes et d’hommes âgés d’au moins de 18 ans ont répondu au questionnaire qui a nécessité une vingtaine de minutes.

L’enjeu de cette enquête repose sur différents éléments. De la place qu’occupe le sport au sein de la population marocaine à la réalité de la pratique, en passant par le coût réservé aux activités sportives, l’enquête a apporté les éléments de réponse.

Selon l’étude, l’amélioration de la condition physique est ainsi la principale raison qui pousse à pratiquer un sport (66%). Les autres raisons citées sont l’amélioration de l’apparence physique (40%) et de la santé (37%), le plaisir (37%) et la détente (21%).

Pour 90% des Marocains, la pratique sportive contribue à l’éducation des enfants. La grande majorité des répondants (81%) encourage ses enfants à pratiquer une activité physique en dehors du cadre scolaire : avec leurs amis ou dans un club ou une association sportive.

Par ailleurs, et sans grande surprise, le football a été choisi comme le sport préféré (72%) des Marocains, devançant largement le jogging, la natation, le tennis. En revanche, et paradoxalement, ils ont été 59% à affirmer faire du jogging (59%) et 42% à pratiquer le football.

Cependant, il en ressort que peu de Marocains s’intéressent à la pratique sportive puisqu’elle occupe le deuxième rang des principales activités pratiquées pendant le temps libre, après la télévision. L’effet de sédentarisation y est pour beaucoup. D’ailleurs, seules 35% des personnes interrogées se considèrent plutôt sportives, dont 8% très sportives.

L’étude a également mis la lumière sur le volet financier. La pratique sportive se veut donc onéreuse pour la majorité des répondants. ils ont été 65% à souligner que le coût de la pratique sportive était élevé.

De manière plus détaillée, plus de 6 répondants sur 10 ne consacrent aucun budget à la pratique du sport. Pour les autres le budget mensuel moyen consacré est estimé à 125 dirhams. 8% des pratiquants seulement y consacrent un budget supérieur à 400 dirhams par mois.

Les 18-24 ans constituent la tranche d’âge qui y consacre le budget le plus important (190 dirhams en moyenne). Et les femmes plus que les hommes,  142 DH contre 114 DH. Et bien qu’ils soient pratiquants et investissent pour la pratique sportive, 66% des répondants déplorent l’absence d’infrastructures à proximité et affirment ne disposer d’aucune infrastructure dédiée dans leur quartier.  12% sont demandeurs de prix étudiés pour l’accès aux infrastructures.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *