L’OFPPT à la rescousse

L’OFPPT à la rescousse

Un plan triennal de formation continue, à l’initiative de la FNIH (Fédération nationale de l’industrie hôtelière) est en cours d’élaboration. Pour l’année 2004, les objectifs visent la formation dans le cadre des CSF (Contrats spéciaux de formation) plus de 2 700 salariés du secteur. Environ 3,3 millions de dirhams y seront consacrés. La FNIH lancera dans ce cadre une campagne de promotion et une série de rencontres avec les professionnels, cadres et dirigeants de Casablanca, Marrakech et Agadir. La contribution de l’entreprise est limitée à 10%, le reste étant déboursé par l’OFPPT (Office de formation professionnelle et de la promotion du travail). Ce plan OFPPT-FNIH, une illustration de la nouvelle démarche de l’Office basée sur un meilleur ciblage des besoins, s’appuie largement sur les résultats d’une étude préliminaire effectuée dans le cadre du plan Meda I. Cette étude présente, entre autres, les priorités du secteur en matière de formation continue autour de 22 points. L’entreprise dont les besoins n’entrent pas dans cette classification peut faire recours au Groupement interprofessionnel d’aide au conseil, doté d’un budget de 1,5 million de dirhams fourni en partie par le Secrétariat d’Etat à la formation professionnelle. Cet organe peut, sur demande, réaliser une étude d’ingénierie complète, les modalités étant à arrêter suivant les besoins. A rappeler que dans le cadre du contrat-programme 2000-2010, les besoins en formation sont évalués à 72 000 cadres dont 10 000 dans la catégorie formation continue. Ce qui pose bien évidemment un programme de logistique. En effet, l’ensemble des établissements touristiques de l’OFPPT ont une capacité annuelle ne dépassant pas 1 200 lauréats. Pour pallier ce déficit, le ministère du Tourisme, l’Office de formation professionnelle et la FNIH avaient mis en place un programme de développement intégré qui prévoit l’extension du dispositif de formation devant permettre d’optimiser les établissements existants, d’augmenter leur efficacité et en même temps de construire huit nouveaux établissements. Dans l’immédiat, l’OFPPT aura besoin de recruter 500 formateurs. Parallèlement, les établissements en question devront passer de la tutelle du ministère du Tourisme à celle de l’OFPPT. Ce qui, au demeurant, ne se fait pas sans une certaine inquiétude de la part des formateurs et du personnel titulaire concerné qui s’inquiète de son statut. C’est un problème complexe compte tenu de la multiplication des intervenants : caisses de retraites, ministère des Finances, ONMT… La loi réglementant les établissements de formation confère à ces Centres le statut de services gérés de manière autonome (SEGMA) et soumis, en tant que tels au contrôle du ministère des Finances, à travers l’IGF. En tout cas, le transfert en lui-même, décidé par la Primature, a pour but de rationaliser les dépenses publiques et en même temps d’optimiser la formation professionnelle qui était répartie entre plusieurs ministères. Actuellement, l’OFPPT compte 201 établissements répartis à travers tout le Royaume et 5800 collaborateurs dont 3200 formateurs. Pour l’exercice en cours, on recense 92 000 stagiaires en formation initiale, 200 filières couvrant onze secteurs d’activité, 23 000 stagiaires en cours du soir et 138 000 salariés en formation continue. Le renforcement des capacités attendues verra les effectifs augmenter de 133% d’ici à 2007.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *