L’OIT s’intéresse à l’emploi dans le secteur du tabac

Travailleurs, employeurs et gouvernements se réuniront à Genève du 24 au 28 février sous l’égide de l’Organisation internationale du travail (OIT) pour se pencher sur l’avenir de quelque 100 millions de travailleurs qui, de par le monde, dépendent pour leur subsistance de la production, de la manufacture et de la distribution du tabac et produits dérivés. Première rencontre du genre, cette réunion tripartite sur l’avenir de l’emploi dans le secteur du tabac doit débattre de la stagnation ou du déclin de l’emploi dans cette industrie et de l’avenir incertain de millions de travailleurs non syndiqués et relevant du secteur informel, parmi lesquels figurent des femmes et des enfants.
Au nombre des participants figureront des représentants des gouvernements des pays membres, des manufactures de tabac et des employeurs, des travailleurs et des syndicats et des groupements de salariés du secteur non syndiqués. Selon le Directeur Général du Bureau international du travail (BIT), Juan Somavia, «le tabac n’a jamais été aussi controversé qu’aujourd’hui.
Pour nombre de ceux qui travaillent dans le secteur du tabac de par le monde, la stagnation ou le déclin de l’emploi entraîne incertitude et problèmes sociaux, et tout spécialement parmi les catégories les plus vulnérables, comme les travailleurs migrants, les femmes et les enfants, les minorités ethniques, les groupes sociaux et populations tribales qui dépendent du tabac pour subsister.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *