L’ONA consolide sa position

L’ONA consolide sa position

Les efforts consentis par l’ONA en matière de croissance organique et de développement dans les métiers de l’agroalimentaire et de la diffusion auront fait mouche. En effet, le chiffre d’affaires pour l’exercice 2002 a culminé à 25 911 millions de dirhams, soit une hausse de 6,6%. Une évolution qui reflète la poursuite des programmes de développement dans la distribution, ainsi que la pertinence des politiques commerciales et marketing dans l’agroalimentaire. Ce chiffre d’affaires est d’autant plus conséquent si l’on prend en considération la conjoncture actuelle, caractérisée par une morosité à l’échelle mondiale des marchés financiers. Un contexte marqué, sur le plan local, par un déclin ininterrompu de la Bourse de Casablanca, escorté en cela par les suites néfastes de plusieurs années d’une sécheresse structurée. Les différents fronts sur lesquels est engagé le groupe ont le mérite de conduire une sorte de balancier salvateur. Ainsi, la chute enregistrée par les matières premières minérales sur le plan mondial a-t-elle affecté les résultats du groupe relatifs aux Mines ? Une érosion qui ne sera pas lourde de conséquences, car neutralisée grâce aux réalisations positives du secteur des matériaux de construction. Par ailleurs, le rapport fait état d’un retrait de 96,8%, soit à 58 millions de dirhams, au niveau du résultat net du groupe. Un retrait imputable à la baisse enregistrée dans les résultats des activités financières d’AXA Assurance Maroc et de la BCM, suite à l’application de normes qualifiées de plus strictes qui soient en matière de provisions, ainsi que la diminution par rapport à 2001 des opérations non-courantes et la constatation d’amortissement exceptionnel de survaleurs, visant la prise en compte de la baisse de rentabilité au niveau de certaines filiales. La capacité d’autofinancement, quant à elle, a connu une amélioration de l’ordre 3,5%. Cette évolution atteste du bon comportement de la capacité bénéficiaire du groupe. Elle confirme ainsi la consolidation de ses équilibres financiers. Le principal groupe industriel et financier privé marocain a parallèlement enregistré une réduction de son endettement consolidé de (-18,1%). Une baisse significative, engendrée en grande partie par la capacité d’autofinancement de l’exercice en question. Par ailleurs, le cours de l’action ONA n’a pas échappé à la tendance baissière observée au cours de l’année 2002, sur l’ensemble de la cote. Le titre a ainsi perdu 28,68% sur un volume d’échange en forte baisse par rapport à l’année 2001.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *