L’ONCF élargit son réseau

L’ONCF élargit son réseau

L’Office national des chemins de fer (ONCF) amorce la deuxième moitié de cette décennie sous le signe de l’investissement. Son second contrat-cadre (2005-2009), dont la signature avec le gouvernement devait avoir lieu ce mois-ci, mais qui a été retardée, porte sur un montant d’investissements globaux de l’ordre de 15,5 milliards DH.
L’objectif de cet accord-cadre est «de faire du rail un moyen de transport de référence » et ce à travers, notamment le renforcement et l’amélioration de la part du rail dans le marché national du transport avec l’objectif de doubler, à l’horizon 2010, les trafics voyageurs et fret. A travers ce contrat-cadre, l’Office vise en outre à améliorer davantage la compétitivité et l’efficacité du mode ferroviaire ainsi qu’à rehausser le niveau de la qualité des prestations offertes à la clientèle et optimiser le coût de revient des produits commercialisés.
Une grande part de ces investissements sera consacrée au doublement de la voie ferrée sur les axes ferroviaires porteurs assumant une part importante du trafic voyageurs et marchandises et qui sont, de ce fait, de plus en plus sollicités. Il s’agit d’abord du tronçon Meknès-Fès dont les travaux d’infrastructure ont été achevés et ceux de superstructure ont été lancés. Le coût de ce projet qui connaîtra également la suppression de tous les passages à niveau est de 1,3 milliard DH.
Le deuxième projet de dédoublement, qui s’inscrit dans le nouveau contrat-cadr,e concerne la ligne ferrée entre Sidi El Aïdi et Settat, longue de 19 km, dont la capacité d’exploitation devrait être doublée dans la perspective de construction d’une double voie reliant Casablanca à Marrakech.
Les travaux qui sont prévus d’être lancés au courant du dernier trimestre 2005 et dont le coût s’élève à 230 millions de dirhams, vont s’échelonner sur toute l’année 2006, précise-t-on auprès de l’Office.
Le troisième tronçon de voie qui sera doublé est d’une longueur de 103 km entre Nouasser et El Jorf Lasfar. « Le dédoublement de cette ligne vise à accompagner le groupe OCP dans son programme de développement», explique-t-on à l’ONCF.
0Et de préciser que le coût global de ce projet dont les marchés relatifs aux travaux de superstructure (voie, caténaire et sous-stations) ont été adjugés est estimé à 800 millions de DH. Dans le cadre de la mise en service de ce projet est prévue également la suppression de 33 passages à niveau et leur remplacement par des ouvrages d’art en mars 2007.
D’autres projets sont également inscrits dans le nouvel accord-cadre. Ils visent tous à améliorer les prestations de l’ONCF à travers une plus grande fréquence des trains, une meilleure qualité de service, plus de confort, de sécurité et de ponctualité.
Des réalisations qui passeront essentiellement par une extension du modèle des dessertes cadencées très fréquentées. C’est le cas des lignes Fès-Meknès, Casablanca-Settat et Casablanca-El Jadida. Autre chantier ouvert par l’Office, l’augmentation du débit et l’amélioration de la capacité ces tronçons.
L’exemple le plus édifiant dans ce sens n’est autre que la ligne Casablanca-Fès dont le délai du trajet passera de 4h30 à 3h15 avec la programmation d’un départ chaque heure dans les deux sens.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *