L’ONE consolide son fonds de roulement

Dès mardi dernier, la période de souscription pour les billets de trésorerie émis par l’Office National de l’Electricité (ONE), sur la base d’un dossier d’information élaboré par la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) a démarré. C’est sur la base légale des dispositions de la loi n°35-94 et de ses textes d’application que l’opération de financement s’appuie.
Ce présent programme d’émission avait reçu, le 9 juillet dernier, l’approbation du Conseil d’administration. Selon le communiqué émanant du Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières (CDVM), le plafond de l’émission s’élève à un milliard de DH avec 10 000 titres, dont la valeur nominale unitaire est de 100.000 DH. Par ailleurs, le seuil de maturité est fixé de 10 jours à 12 mois. Le taux d’intérêt est négociable et déterminé pour chaque émission en fonction des conditions du marché.
Le syndicat de placement se répartit d’une part, entre la CDG, qui reste le conseiller, le coordinateur global, le chef de file du syndicat de placement et également l’établissement gestionnaire des titres. Viennent ensuite, la Banque Centrale Populaire et Médiafinance en tant que co-chefs de fils du syndicat de placement. Une telle démarche doit se justifier par des raisons visant le développement et le renforcement des assises financières de l’Office. Aussi, pour sa part, l’ONE, dans le cadre du programme 2002 d’émission de billets de trésorerie, a élaboré un document d’une centaine de pages, par lequel l’Office explique les résultats escomptés à travers cette émission.
Les objectifs s’articulent autour de quatre principaux volets. C’est ainsi que dans un premier temps, l’ONE se verra offert la possibilité de diversifier ses sources de financement à court terme. Ces fonds sont destinés à l’alimentation de son activité courante. Par ailleurs, l’Office procédera au remboursement partiel de l’endettement bancaire à court terme également. A travers l’émission, l’établissement réduira le coût pondéré de ses ressources à court terme.
A ce propos, le management de l’ONE a souligné que « les besoins en financement à court terme devraient, selon les prévisions, diminuer significativement au cours des deux prochaines années, et ce, suite à l’augmentation de la demande d’énergie électrique et de la production d’hydroélectricité ainsi qu’à la baisse des coûts d’achats contractuels d’énergie à des tiers, notamment ceux réalisés auprès de Jorf Lasfar Energy Compagny (JLEC) ». Autre résultat escompté. Il s’agit du préfinancement de la tranche III du Programme d’Electrification Rurale Globale (PERG), dont le monde de l’avance est de l’ordre de 700 millions de DH. Et enfin, parmi les objectifs assignés à cette opération financière demeure, selon le rapport de l’Office, l’inscription du risque sur le marché des capitaux s’entend bien, « tout en profitant d’un contexte favorable ».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *