L’ONEP veut maîtriser le risque sanitaire

L’ONEP veut maîtriser le risque sanitaire

La célébration de la Journée mondiale de l’eau par l’Office national de l’eau potable (ONEP) ce lundi va se faire sous le signe de la maîtrise du risque sanitaire. En effet, le thème choisi par l’ONEP pour la célébration de la journée mondiale de cette ressource vitale est «de la maîtrise de la qualité de l’eau à la maîtrise du risque sanitaire». Une conférence de presse a été organisée, jeudi 18 mars, dans l’enceinte de l’ONEP, à Rabat, pour présenter ses différentes activités et les actions menées dans ce sens et aussi pour montrer que la préservation des ressources hydriques est indispensable. À côté des campagnes de sensibilisation diffusées à travers les médias audiovisuels (communication institutionnelle), l’ONEP organise des campagnes de communication de proximité qui ciblent en particulier les  populations dans le monde rural, notamment dans la région de Rabat- Salé-Zemmour-Zaër. Cette communication de proximité a pour objectif de sensibiliser les habitants des douars à la consommation et l’utilisation de l’eau potable que l’Office met à leur disposition à un prix très abordable. «L’ONEP a pour mission la planification de l’approvisionnement en eau potable au niveau national et la production de l’eau potable. 70 % de l’eau potable produite au Maroc proviennent des installations de l’Office. Et plus récemment, depuis 2000, la gestion de l’assainissement fait partie des activités de l’ONEP. Bien entendu, le contrôle de la qualité des eaux qui accompagne ces différents processus, fait partie de nos missions permanentes», a précisé Mohamed El Mghari Tabib, directeur du contrôle de la qualité des eaux à l’ONEP, dans son intervention lors de la conférence de presse. C’est tout le  processus  de la  production et de la distribution de l’eau potable qui est maîtrisé à travers le meilleur choix de la ressource destinée à la production d’eau potable. Le contrôle de la pollution des ressources en eau utilisées pour la production de l’eau potable et la contribution à sa réduction à travers l’épuration des eaux usées dans les centres d’intervention de l’Office. Le contrôle de la qualité de l’eau s’effectue à travers un réseau composé de 10.000 points de surveillance de la qualité bactériologique et physicochimique des eaux à tous les stades, de la production à la distribution.  L’ONEP  a de même mis en place, en plus de son laboratoire de contrôle de la qualité de l’eau  situé à Rabat, un  réseau de laboratoires décentralisés (57 laboratoires). «Au-delà de faire des analyses sur la qualité de l’eau, il y a tout un processus de maîtrise du risque sanitaire qui est effectué, autrement dit un processus de prévention. Cette année nous avons vécu une forte pluviométrie. Dans les situations exceptionnelles, il faut assurer à la population une eau de qualité et en quantité suffisante», a noté Mohamed El Mghari Tabib, avant d’ajouter que : «il y a toute une stratégie qui permet à l’Office de répondre à ces besoins en situation de crise. Les situations de crises se sont multipliées malheureusement ces dernières années».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *