L’OPEP maintient son plafond de production inchangé

En prenant la décision de maintenir son plafond de production inchangé, l’OPEP s’est néanmoins engagée à continuer de surveiller le marché et à prendre toutes les mesures nécessaires, « y compris la convocation d’une réunion extraordinaire », comme elle l’a déjà fait dans le passé, si les prix sortent de la fourchette de 22 à 28 dollars le baril. Cette marge de prix que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) s’est fixée concerne le panier des sept bruts qu’elle commercialise.
A Londres, Le pétrole Brent s’est tassé légèrement juste après l’annonce de l’OPEP, s’échangent à 28,23 dollars le baril après avoir ouvert à 28,45 dollars et clôturé à 28,32 dollars. L’OPEP a estimé que le marché était suffisamment approvisionné à l’approche de l’hiver dans l’hémisphère nord et justifié ce statu quo par le ralentissement économique.
Après avoir évalué la situation sur le marché pétrolier, la conférence a relevé « que seul un taux de croissance économique très modéré est attendu d’ici la fin de l’année, avec une croissance saisonnière de la demande au quatrième trimestre », a expliqué l’organisation. Outre la situation économique, plusieurs ministres ont évoqué la situation encore trop incertaine, selon eux, en Irak et au Proche-Orient. « Dans deux mois, nous verrons plus clairement où en sont la reprise économique, la situation politique et les discussions qui se déroulent à l’ONU », concernant l’Irak, a déclaré le ministre algérien du Pétrole Chakib Khélil à la presse, à l’ouverture de la session ministérielle ordinaire du cartel. M. Khélil a expliqué que pour l’OPEP, « les prix du brut sont satisfaisants (autour de 25 dollars le baril), l’offre sur le marché est suffisante et qu’il n’y a pas lieu de modifier le niveau de production jusqu’à la prochaine réunion ».
Dans son communiqué final, l’organisation souligne la nécessité d’un respect des quotas décidés pour chaque pays. « Tous les pays membres du cartel ont affirmé leur engagement à respecter cet accord et à observer une discipline » dans les quotas, indique le texte. Cette discipline s’est relâchée dernièrement et la surproduction de l’OPEP a été estimée entre 1,8 mbj et 2,6 mbj, selon les sources, ce qui a miné la crédibilité de l’OPEP sur le marché. La chute des cours du brut après le revirement spectaculaire de l’Irak, qui a accepté la reprise des inspections en armements de l’ONU sur son territoire, a en tout cas soulagé l’OPEP, pressée par les pays consommateurs d’assurer une offre suffisante sur le marché à l’approche de l’hiver.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *