L’Opep réduit sa prévision de demande de brut

Dans son rapport mensuel de novembre, publié à Vienne, le cartel a également revu à la baisse sa prévision pour 2009 d’une hausse de la demande de brut de 0,57%, contre 0,87% prévue le mois précédent. «La crise financière a dominé le marché alors que le ralentissement économique a plombé la croissance de la demande de brut», a résumé l’organisation dans son dernier rapport mensuel. Selon elle, il « est quasi certain que les pays les plus riches de l’OCDE se trouvent maintenant dans une phase de récession synchronisée et que le reste du monde est plus durement touché qu’on ne l’avait supposé auparavant». Le rapport a également déploré que les prix ont continué de reculer fortement. « En raison d’une chute de la demande de brut dans les pays de l’OCDE, la demande mondiale de brut pour 2008 a été revue à la baisse de 260.000 barils par jour pour n’afficher plus qu’une faible hausse de la demande de 280.000 barils par jour», a souligné l’Opep. Pour 2008, l’Opep table dorénavant sur une demande de 86,19 millions de barils par jour (mbj) contre 86,45 mbj annoncés en octobre. Et pour l’année prochaine, la nouvelle prévision fait désormais état de 86,68 mbj, soit 530.000 barils par jour de moins que l’estimation publiée en octobre. «La chute des prix pourrait favoriser la demande lors du 4e trimestre (2008) jusqu’à un certain point, mais on ne s’attend pas à ce que cela compense les effets du ralentissement économique», a encore noté le rapport du cartel. Selon lui, «avec le fort recul de la consommation de carburants pour les transports, la consommation de brut dans l’industrie pétro-chimique a également fortement chuté». Vues les prévisions économiques négatives pour 2009, avec un recul prévu de la croissance économique mondiale à 2,9% du Produit Intérieur brut (PIB) essentiellement dû aux prévisions de récession dans les pays les plus riches, le rapport note que l’essentiel de la hausse de la demande de brut l’année prochaine viendra des pays du Moyen-Orient, d’Asie et de Chine. Face à la dégringolade continue des prix du brut, le cartel a convoqué une nouvelle réunion ministérielle d’urgence le 29 novembre au Caire, dont les analystes attendent l’annonce d’une nouvelle réduction de la production. La précédente décision de couper la production de 1,5 mbj lors de la réunion extraordinaire du 24 octobre à Vienne n’a cependant pas eu les effets escomptés. «En octobre le prix du panier de brut de l’Opep a chuté de près de 29% à une moyenne de 69,16 dollars le baril, constituant la plus forte baisse jamais enregistrée sur un mois», a souligné le rapport. Le 14 novembre le prix du panier est même tombé sous la barre des 50 dollars à 49,09 dollars. Sur le marché, le prix du baril de pétrole a perdu plus de la moitié de sa valeur record de 147,50 dollars atteinte le 11 juillet à New York. Lundi vers 11h00 GMT, le pétrole de Brent de la mer du Nord s’échangeait à 53,11 dollars, en baisse de 1,13 dollar, tandis qu’à New York le baril perdait 1,34 dollar à 55,70 dollars.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *