L’opération OPV de Maroc Telecom remporte un franc succès

L’opération OPV de Maroc Telecom remporte un franc succès

Le taux de satisfaction de cette opération, qui est le rapport entre le nombre d’actions attribuées et le nombre d’actions demandées, a été de 6,51%.

33,82 milliards de dirhams (MMDH) de demandes sur les titres générés, pour une offre de 2,18 MMDH, soit une souscription de plus de 16 fois de l’objectif initial. C’est ce qu’ont dévoilé les résultats techniques de l’opération de l’Offre de vente au public (OPV) de Maroc Telecom.

Dans le détail, le taux de satisfaction de cette opération, qui est le rapport entre le nombre d’actions attribuées et le nombre d’actions demandées, a été de 6,51%, à en croire la Bourse de Casablanca. Du 26 juin au 5 juillet, cette opération a enregistré la participation de 25.861 souscripteurs de 34 nationalités différentes. On compte 278 souscripteurs de 17 nationalités au niveau des institutionnels, 540 personnes morales de 5 nationalités et 25.043 personnes physiques de 22 nationalités. Sur le plan des taux de satisfaction, ils ont été respectivement de 5,41, de 4,13 et 9,21%. En se référant au type d’ordre, il ressort que le nombre d’actions demandées a été de 1.801.473 pour le type I avec un taux de satisfaction de 100%, 105.707.574 pour le type II avec un taux de satisfaction de 6,61%, 57.253.699 pour le type III (7,17% de satisfaction) et pour le type IV 105.283.517 (4,45% de satisfaction).

Dans ce sens, le Groupe Banque populaire a dévoilé avoir accompagné un souscripteur sur trois avec un total de 8.728 souscripteurs, dans le cadre de l’Offre publique de vente des actions de Maroc Telecom en Bourse. Ainsi, 98% des souscripteurs mobilisés par le réseau Banque populaire sont des particuliers. Notons que les principaux objectifs de l’Offre de vente publique qui a été annoncée il y a quelques semaines sont de mettre en œuvre les dispositions de la loi de Finances au titre de l’exercice 2019 en matière de recettes de privatisations, de développer l’actionnariat populaire et renforcer la participation du personnel à son capital et d’optimiser au mieux la participation restante de l’État (22%) dans le cadre d’une stratégie n’impactant pas la gouvernance de la société, tout en prenant en compte des objectifs de recettes à court terme mais surtout les évolutions prévisibles sur le moyen et le long termes.

Faut-il aussi rappeler qu’historiquement la privatisation de Maroc Telecom a été initiée en 2001 à la suite de la cession par le Maroc de 35% du capital de Maroc Telecom à Vivendi Universal. Ainsi, le 18 novembre 2004, le Maroc et Vivendi ont conclu un accord portant sur la vente de 16% supplémentaire du capital de Maroc Telecom qui a été réalisée en janvier 2005. L’introduction en Bourse de Maroc Telecom en décembre 2004 simultanément sur les places financières de Casablanca et de Paris a constitué une étape supplémentaire dans le processus de privatisation de Maroc Telecom, dans le cadre de la cession de 14,9% du capital de Maroc Telecom par le Maroc.

Durant l’année 2006, le Royaume a cédé 0,1% du capital de Maroc Telecom sur la Bourse de Casablanca, ramenant ainsi sa participation dans le capital à 34% et en juillet 2007, le Maroc a cédé 4% du capital ramenant ainsi sa participation à 30% du capital et des droits de vote de Maroc Telecom.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *