L’or reste une valeur refuge

La petite et discrète société suisse Argor-Heraeus, nichée au cœur des Alpes helvétiques à la frontière avec l’Italie, ne connaît pas la crise grâce à la demande croissante en lingots d’or, valeur refuge par excellence en ces temps de crise. «Je n’ai jamais vu pareille chose depuis que je suis venu travailler au Tessin il y a environ 20 ans», raconte à l’AFP Erhard Oberli, directeur général de cette société spécialisée dans la production de lingots d’or et de pièces détachées pour montres et bijoux. La crise économique mondiale a fait fondre la demande en pièces détachées pour la joaillerie et l’horlogerie, en raison de la baisse des commandes du secteur. Mais pour faire face à la demande croissante en lingots d’or, Argor-Heraeus a dû renforcer la production des barres de métal précieux. Alors que l’usine, l’une des quatre de la région à transformer l’or jaune en lingots, tourne jour et nuit, les délais de livraison se sont allongés de dix jours à deux mois. «Nous savons qu’une grande partie de la production est destinée à l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse, ce qui n’était pas le cas il y a encore quelques années, l’or n’étant plus à la mode en Europe», estime M. Oberli. «Cela a complètement changé aujourd’hui, puisque les lingots d’or sont vus comme une valeur refuge, en raison du manque de confiance dans le système financier», ajoute-t-il. Dans les ateliers de la société, des ouvriers préparent des lingots de 5 grammes destinés à la banque allemande Commerzbank et des boîtes de 100 grammes pour l’établissement helvétique UBS. Ces petits lingots sont actuellement très prisés, car étant plus accessibles, selon le directeur général. Au prix actuel, un lingot de 100 grammes coûte environ 3.100 dollars (2.346,50 euros). «Nous n’avons pas eu à licencier, parce que nos employés ont été suffisamment flexibles pour se concentrer sur la production de lingots d’or», constate M. Oberli. Selon le Conseil mondial de l’or, les investisseurs suisses et allemands entassent les lingots «à un niveau jamais enregistré précédemment». En Europe, la demande a grimpé à 113,7 tonnes au quatrième trimestre 2008, contre un modeste 9 tonnes sur la même période en 2007. De cette demande, l’Allemagne en comptabilise 40 tonnes et la Suisse 42,3 tonnes. Des pays comme la Chine, le Japon, la Thaïlande, l’Egypte et l’Arabie Saoudite ont enregistré des hausses «significatives». Hors pays industrialisés, les stocks de lingots d’or ont augmenté de 318% au quatrième trimestre par rapport à la même période en 2007, selon le Conseil. Le marché est désormais dominé par les investisseurs et non les spéculateurs, estiment les analystes, un changement de tendance qui reflète l’extrême prudence des acteurs.

Hui Min Neo (AFP)

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *