L’Oriental s’attaque au déficit hydrique

L’Oriental s’attaque au déficit hydrique

La direction régionale de l’agriculture dévoile le détail des actions engagées

La DRA a pensé à un dispositif stratégique portant essentiellement sur une gestion rationalisée et durable des eaux d’irrigation.

La direction régionale de l’agriculture se mobilise pour faire face au déficit hydrique. Une panoplie de mesures a été prise pour faire face à l’irrégularité pluviométrique dans la région. L’engagement étant de pouvoir garantir une gestion rationnalisée et durable de l’irrigation. A mi-janvier le complexe hydrique de la Moulouya a affiché un taux de remplissage de 41% contre 75% l’année précédente. De même, les précipitations ont été quasiabsentes ces deux derniers mois et ce après un cumul pluviométrique de l’ordre de 160 millimètres enregistré entre octobre et novembre 2019. Une situation ayant impacté le développement de la culture de la betterave à sucre du fait que la superficie consacrée à cette culture a été réduite à 4.000 hectares cette saison contre 7.500 hectares une année plus tôt.

L’Oriental mise toutefois sur l’agrumiculture pour préserver les investissements réalisés dans ce segment. Face au perpétuel repli des précipitations observé ces dernières années, la direction régionale de l’agriculture a pensé à un dispositif stratégique portant essentiellement sur une gestion rationalisée et durable des eaux d’irrigation. Il est ainsi question de poursuivre la mise en œuvre du programme national d’économie de l’eau d’irrigation visant à reconvertir près de 51.200 hectares en irrigation localisée pour un coût global de 2,8 milliards de dirhams. La région s’est par ailleurs dotée d’un projet de modernisation du système d’irrigation de la plaine d’El Kart.

Ce dispositif lancé en janvier 2019 porte sur la reconversion collective de 15.300 hectares en une première phase, soit 28 millions de mètres cubes à économiser chaque année. Chose qui contribuerait à augmenter la productivité de 20 à 50%. La région de l’Oriental a amorcé par ailleurs l’équipement au niveau de son grand périmètre irrigué de 31.000 hectares supplémentaires en système d’irrigation par goutte-à-goutte. On note également la réhabilitation de 15.000 hectares dans les petits et moyens périmètres d’irrigation des différentes provinces de la région pour une enveloppe de 245 millions de dirhams.

Ces chantiers s’inscrivent dans le cadre du programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation établi pour la période 2020-2027. S’agissant des actions menées dans le cadre de l’élargissement des périmètres irrigués au niveau de l’Oriental, la région connaît la réalisation de plusieurs projets relatifs à la valorisation des ressources en eau destinées à l’irrigation ainsi qu’à l’amélioration de l’efficacité de la distribution des eaux d’irrigation. Citons à cet effet l’aménagement du périmètre irrigué de Taferta sur 1.330 hectares, le projet du bassin d’Oued Isly avec utilisation des eaux des crues sur 1.300 hectares et le projet de réalisation de petits bassins d’irrigation dans la province de Jerada sur 3.000 hectares.

La direction régionale de l’agriculture de l’Oriental se penche également sur l’aménagement et la maintenance des bassins au niveau des petits et moyens périmètres d’irrigation, en consacrant une enveloppe annuelle de 40 millions de dirhams pour le déploiement des projets afférents. Parmi les autres projets engagés on note, entre autres, la maintenance et la réhabilitation des installations hydro-agricoles du périmètre irrigué de la Moulouya ainsi que la construction et l’équipement d’une station de pompage sur la rive gauche de ce périmètre pour l’irrigation de près de 29.600 hectares.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *