L’UE et la CGEM se donnent la main

L’UE et la CGEM se donnent la main

Le Programme d’appui aux associations professionnelles (PAAP) entame sa deuxième phase. Géré par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et financé par la Commission européenne, le PAAP II veut accroître la compétitivité des entreprises et renforcer leur capacité de mise à niveau à travers l’appui aux Associations professionnelles (AP). «Il ne s’agit plus d’assister les entreprises dans le volet recrutement, communication et matériel. Le PAAP II agira concrètement sur l’ensemble des leviers du développement économique », a affirmé Moulay Hafid Elalamy, président de la CGEM, lors de l’annonce officielle de ce programme hier, lundi 15 janvier, à Casablanca. En effet, la deuxième phase de ce programme consolidera les acquis du premier PAAP et financera en particulier les demandes de nouvelles associations et fédérations qui n’ont pas pu recevoir un appui dans la première phase. «Sur une durée de 42 mois, ce programme est doté d’une enveloppe budgétaire totale de 5 millions d’euro. Pour cette deuxième phase, nous nous intéressons aux secteurs du tourisme, de l’artisanat, de l’audiovisuel et des services», a précisé Bruno Dethomas, chef de la délégation de la Commission européenne au Maroc. 
Le président de la CGEM a également saisi cette occasion pour lancer un appel à propositions restreint. Le montant indicatif global mis à disposition au titre de ce présent appel s’élève à environ 37 millions de dirhams (3.400.000 euros ). La CGEM-PAAP se réserve toutefois la possibilité de ne pas attribuer tous les fonds disponibles.
Les plans d’action qui seront proposés seront compris entre le montant minimum de 300.000 dirhams et le montant maximum de 2.200.000 dirhams. Pour sa part, Fathallah Oualalou, ministre des Finances et de la Privatisation, a souligné que «les deux parties seront capitalisées sur les enseignements de la première expérience». Les intervenants ont mis l’accent sur le fait que le second PAAP intervient dans un contexte favorable après l’action du premier. En plus de la volonté du gouvernement marocain de mettre en place une politique de mise à niveau de l’économie et des entreprises, il y a le bon degré d’avancement du processus de démantèlement des barrières douanières concernant la majorité des secteurs économiques. «Le succès de ce programme dépendra des membres des associations. D’ailleurs, j’en ai moi-même bénéficié quand j’étais à la tête de l’AMITH», a noté Salaheddine Mezouar, ministre de l’Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau de l’économie.
Pour rappel, le premier PAAP  est financé par le programme MEDA de l’Union européenne (UE) qui a été mis en œuvre de façon effective de décembre 2001 à fin juin 2005 et a financé quatre grands types d’actions dans les associations professionnelles. Pour un premier bilan d’étape du PAAP II, rendez-vous a été pris avec les associations professionnelles avant fin 2007.

Du PAAP I au PAAP II

Le PAAP fera une différence selon le type d’association professionnelle (AP) :
– AP ayant déjà reçu le soutien du PAAP I : La prise en charge des coûts des investissements en matériel et service se fera à hauteur de 70% maximum, sur une période maximum de deux ans. Celle des coûts salariaux s’effectuera également sur deux ans maximum, à raison de 70% la première année et 50% la deuxième année.
– AP n’ayant pas bénéficié du soutien du PAAP I : Le coût des investissements en matériel et service sera pris en charge à hauteur de 80% maximum. sur une période maximum de deux ans après démarrage du programme. Celle des coûts salariaux s’effectuera également sur deux ans à raison de 80% la première année et 50% la deuxième année.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *