L’UE prolonge ses taxes antidumping sur les chaussures chinoises

L’UE prolonge ses taxes antidumping  sur les chaussures chinoises

Les gouvernements de l’UE ont entériné définitivement, mardi, la prolongation pour quinze mois de taxes antidumping sur les chaussures à dessus de cuir venant de Chine et du Vietnam, selon un communiqué. Une proposition en ce sens de la Commission européenne, déjà approuvée jeudi par des diplomates européens, a été validée mardi au niveau ministériel lors d’une réunion des ministres de l’Environnement de l’UE à Bruxelles. Ces taxes sont de 10% pour les chaussures importées du Vietnam, et d’entre 9,7 et 16,5% pour celles provenant de Chine. Elles avaient été introduites en octobre 2006, initialement pour deux ans. Bruxelles avait décidé l’an dernier de les réexaminer et les avait prolongées le temps de mener son enquête. Elles arrivaient à nouveau à échéance à la fin de l’année. Mi-novembre, une majorité de pays européens (15 sur 27) étaient encore  opposés à une prolongation de ces taxes. Finalement mardi, seulement 13 pays ont voté contre la poursuite des  mesures antidumping, selon une source diplomatique. Il n’a ainsi manqué qu’une seule voix pour que la proposition de la Commission soit rejetée, la preuve des divisions des pays européens sur la question. Les pays qui ont encore une industrie de la chaussure, comme l’Italie, étaient favorables à la prolongation, contrairement aux pays «libéraux» du Nord comme le Royaume-Uni.
Les producteurs européens qui fabriquent une grande partie de leurs chaussures en Asie (comme Adidas, Puma ou Timberland, mais aussi des PME), regroupés au sein de l’Alliance européenne de la chaussure, ont également milité contre une prolongation. Début décembre, la Chine avait fait part de son «fort mécontentement» après la proposition de la Commission de prolonger de quinze mois ces taxes.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *