Lufthansa : Reprise avec la croissance en 2003

La Lufthansa espère un net redressement de son bénéfice d’exploitation cette année par rapport à 2001, ce qui lui permettrait de reprendre le versement d’un dividende, tout en estimant qu’il est prématuré de donner une prévision spécifique.
En 2001, la compagnie aérienne a dégagé un résultat d’exploitation tout juste à l’équilibre – un profit de 28 millions d’euros – en raison du ralentissement économique mondial et de la chute du tourisme et des voyages qui ont résulté des attentats du 11 septembre.
En 2000, l’exploitation avait dégagé un milliard d’euros d’excédent à peu près. «Nous sommes sur le chemin de la hausse,» a déclaré jeudi dernier le président du directoire Jürgen Weber, lors de la conférence de presse annuelle du groupe allemand.
La compagnie aérienne a promis que ses résultats opérationnels du premier trimestre, qui seront publiés en mai, ne seraient « pas décevants » en raison du contrôle des coûts et des ajustements de capacité, tout en réaffirmant qu’elle renouerait avec la véritable croissance l’an prochain. »Nous prévoyons de renouer en 2003 avec notre rythme de croissance prévu à l’origine «affirme la compagnie aérienne allemande dans son rapport annuel. « C’est alors seulement que les résultats que les marchés financiers ne cessent d’attendre seront à nouveau atteignables».
Le directeur financier du groupe Karl-Ludwig Kley avait déclaré le mois dernier qu’un résultat d’exploitation d’un milliard d’euros serait réalisable en 2003. Il a ajouté lors de la conférence de presse de jeudi : « il n’est actuellement pas possible de faire des prévisions fiables pour l’ensemble de 2002. » «Toutefois, a-t-il concédé, si tout se déroule selon nos plans, nous serons à même d’augmenter notablement le bénéfice d’exploitation comparé à 2001» Selon Weber, il faudra attendre le moment de l’assemblée générale annuelle des actionnaires au mois de juin pour que le groupe puisse chiffrer ses perspectives pour l’exercice en cours. Pour lui, tout ce qui pourrait être dit avant ne serait que « pure spéculation». Cela a toutefois eu l’air de satisfaire les analystes qui ont estimé les commentaires plus optimistes qu’ils ne les attendaient. «En fait, je suis surpris et tout à fait satisfait qu’ils semblent être un peu optimistes. Je ne m’attendais pas à ce qu’ils disent quelque chose de particulièrement positif aujourd’hui», commentait Rebecca Langley, analyste chez Dresdner Kleinwort Wasserstein à Londres.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *