L’UPI et l’ANPME pour la PME-PMI

L’UPI et l’ANPME pour la PME-PMI

Avec l’appui de l’Agence nationale pour la promotion de la petite et moyenne entreprises (ANPME) et pour la période s’étalant de mars 2005 à juin 2006, l’Unité de promotion des investissements (UPI) envisage de poursuivre et de renforcer ses activités de promotion des projets de partenariat et d’assistance aux petites et moyennes entreprises. C’est ce qu’à indiqué récemment le Comité de direction de l’UPI lors de sa quatrième réunion consacrée à son programme d’actions. Mais au cours de cette séance, il a d’abord et avant tout été question de dresser en quelque sorte un bilan des projets jusqu’ici bien menés par l’UPI, dont la création remontre à juin 2001.
Ainsi, en matière d’assistance et d’information, l’UPI aura approché, pour la seule période allant d’octobre 2003 à février 2005, quelque 200 entreprises, dont 130 ont bénéficié d’un accompagnement total de sa part. Par accompagnement, on sous-entend une aide pour l’accès au financement et à ce sujet, 39 % des entreprises marocaines accompagnées avaient émis une requête. Mais la notion d’accompagnement se traduit aussi par la possibilité de sous-traitance (20 % des demandes enregistrées), ou encore la conclusion d’une joint-venture (accord de partenariat) avec un partenaire étranger, comme l’ont souhaité 17 % des entreprises accompagnées. Mais tels ne sont pas les seuls centres d’intérêts de l’UPI, qui s’est également attelée à promouvoir la coopération industrielle pour quelque 128 entreprises accompagnées et ce, auprès de partenaires européens. Dans ce registre, précise un communiqué émis par l’ANPME, 66 projets de partenariat ont été présentés, dont 27 sont en cours de négociation et 5 conclus et déjà opérationnels. Les secteurs les plus représentés sont le textile (51 %) et l’agro-industrie (20 %), tandis que les projets entrepris ou en cours de l’être se concentrent notamment dans la région du Grand Casablanca (50%), le reste se répartissant sur des villes, comme Marrakech (18%), Fès (10 %), Rabat (9%), Tanger (3%) et le reste du Royaume (6%).
En outre, l’UPI a pu compté, depuis septembre 2001, sur la ligne de crédit italien pour une activité de 45 projets approuvés et dont le pourcentage d’acceptation des financements par les banques marocaines s’est estimé à 44,3 %. A n’en pas douter, ces actions apportent une valeur ajoutée, autant sur le plan des investissements qu’en terme de création d’emplois. Pour ces derniers, l’ANPME précise que 1422 emplois dont 175 temporaires sont prévus dans le cadre des projets prévus par la même ligne de crédit précité.
Pour le court terme (d’ici juin 2006), l’UPI et l’ANPME envisagent la poursuite de ces projets, en veillant toujours à faciliter l’accès des PME aux instruments de financement disponibles. Il est ainsi prévu d’assouplir les procédures d’utilisation de la ligne de crédit (italienne) et de réduire davantage les délais d’approbation des projets déposés.
Enfin, il est à rappeler que l’UPI, qui a été mise en place par l’ANPME et qui relève de l’Organisation des Nations-Unies pour le développement industriel (ONUDI), s’est notamment fixé comme objectif de promouvoir une mise à niveau pour certaines PME/PMI, à travers la coopération entre réseaux et districts industriels italiens et marocains.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *