Lydec distinguée par le Prix Hassan II pour l’environnement

Lydec distinguée par le Prix Hassan II pour l’environnement

Grâce à l’espace expérimental d’agriculture urbaine de la Station d’épuration de Médiouna

Lydec a été récompensée par le prix Hassan II pour l’environnement dont la cérémonie s’était déroulée le 12 juillet à Rabat. La Lyonnaise des Eaux de Casablanca  et sa Fondation se sont vues  récompenser pour la première fois dans la catégorie «Initiatives des entreprises», pour leur projet expérimental d’agriculture urbaine à la Step de Médiouna. Cet espace de 1.600 m2 a représenté l’un des projets phares mis en œuvre par la Fondation Lydec dans le cadre du Plan d’actions changement climatique déployé par Lydec, en amont de la COP22.

Réalisé grâce à un partenariat entre la Fondation Lydec et l’Association recherche-action pour le développement durable, cet espace est le fruit d’une collaboration pluri-acteurs réussie, avec le soutien de différentes associations et du monde universitaire. Irrigué grâce à la réutilisation des eaux usées épurées par la station de Médiouna, l’espace d’expérimentation propose 7 zones de cultures (jardin potager, forêt comestible avec des arbres fruitiers, plantes aromatiques…) comportant une pépinière ainsi qu’une zone de biodiversité et un espace de compostage. A travers ce projet, Lydec et sa Fondation souhaitent développer un champ d’expérimentation de l’agriculture urbaine et biologique, démontrer la faisabilité de la réutilisation des eaux épurées à usage agricole et contribuer à la sensibilisation et l’éducation des parties prenantes (scolaires, étudiants, riverains, associations, agriculteurs, élus…).

C’est aussi un lieu de sensibilisation en faveur de la protection de l’environnement et du développement de l’économie circulaire. A cette occasion, Abdellah Talib, directeur communication, développement durable et innovation de Lydec et vice-président de la Fondation Lydec, a souligné :  « Ce prix est la reconnaissance du caractère innovant et de l’impact positif généré par la mise en place de cet espace expérimental d’agriculture urbaine qui permet d’apporter une contribution concrète au développement durable du Grand Casablanca, notamment en termes d’adaptation aux effets du changement climatique. C’est aussi un projet structurant de notre démarche RSE qui vise à mobiliser nos parties prenantes en faveur des objectifs de développement durable et des enjeux de la stratégie nationale de développement durable, conformément à notre feuille de route Développement durable à l’horizon 2030». Lancé durant la PréCOP Casablanca en octobre 2015, cet espace a été inauguré officiellement à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau en mars 2017. A ce jour, il a accueilli plus de 1.200 représentants des parties prenantes.

Assurer la disponibilité en eau dans un contexte de stress hydrique

En 2016, la consommation moyenne journalière du Grand Casablanca a oscillé entre 450.000 et 503.630 m3/j. Le record de distribution journalière a été atteint en juillet 2016 avec un pic de 629.257 m3 d’eau en une journée. Les prévisions des spécialistes prévoient une augmentation du volume de distribution journalier atteignant  753.000 m3 par jour en 2030.

Alors que les perspectives de disponibilité en eau au Maroc sont alarmantes, l’augmentation de la population desservie sur le Grand Casablanca et le développement urbain nous amènent ainsi à innover pour imaginer de nouvelles solutions. Dans ce contexte, la réutilisation des eaux usées épurées à des fins d’irrigation agricole comme le permet la station d’épuration de Mediouna s’avère une solution concrète pour accompagner les territoires vers une approche de gestion intégrée de la demande en eau.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *