Maghreb Steel appelle le gouvernement à la rescousse

Maghreb Steel appelle le gouvernement à la rescousse

Maghreb Steel lance un ultime appel à la préservation de la production de la sidérurgie marocaine. En effet, sous le poids d’une concurrence déloyale des importations, l’entreprise s’essouffle et court vers un arrêt de production certain. À ce titre, la société leader dans le domaine de l’acier plat au Maroc réitère, à travers un communiqué de presse, son appel aux autorités pour des mesures de protection de la production locale et des emplois et demande des mesures urgentes.

Cette requête fait suite aux résultats de l’enquête ouverte par le ministère de tutelle sur demande de Maghreb Steel en novembre 2012 et confirment le dumping sur les importations provenant des pays de l’Union européenne (UE) et de la Turquie. Dans ce sens, le communiqué précise que «si le volet investigation est bouclé, aucune décision n’a été prise à ce jour, malgré de nombreuses lettres de rappel insistant sur le caractère d’urgence des mesures à adopter». Et de poursuivre. «De plus, les ventes des mois de juillet et août ont été catastrophiques et on s’attend à ce que la reprise en septembre ne bénéficie qu’aux importations».
L’exemple cité dans le communiqué se rapporte aux importations de tôle galvanisée et de laminé à froid qui ont augmenté respectivement de 225 et 238% entre 2011 et 2012. Ce qui a engendré pour l’entreprise une perte sur cette période évaluée à 500 millions de dirhams. Et Maghreb Steel se pose la question de savoir combien temps elle pourra encore tenir dans ces conditions alors que les autorités de tutelle tardent à prendre des mesures anti-dumping mettant chaque jour un peu plus en péril la survie de l’entreprise.

Aussi, l’entreprise rappelle que face à cette situation, la direction n’a eu d’autre choix que de licencier 350 employés en août. «Si les mesures anti-dumping venaient à tarder, ces licenciements pénibles et douloureux devraient continuer et l’usine connaîtra des périodes d’arrêt plus ou moins longues, voire un arrêt total de l’activité», prévient Maghreb Steel dans son communiqué. Pour l’entreprise, aujourd’hui, le gouvernement a la responsabilité de préserver le plus important investissement industriel privé jamais réalisé au Maroc, vu que les actionnaires et les organismes financiers ont joué leur rôle en maintenant leur confiance et en assurant le maintien de l’activité malgré une conjoncture extrêmement défavorable. En effet, pour achever son énorme programme d’investissement tout en résistant aux effets destructeurs de la crise mondiale, Maghreb Steel avait procédé à une augmentation de capital, le faisant passer de 900 millions de dirhams à 2,4 milliards de dirhams. Parallèlement, les bailleurs de fonds ont confirmé leur soutien par la signature début août d’un protocole d’accord engageant les 6 banques regroupées autour d’un consortium. Cela avait permis à l’entreprise de résister un certain temps à l’invasion des produits importés. En conclusion, Maghreb Steel prévient que «tous ces efforts resteront vains si l’Etat ne décide pas de prendre des mesures immédiates pour la sauvegarde de cette industrie».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *