Management du taux de change du Dirham

L’effondrement des taux de change fixes en Asie du Sud-Est et ses conséquences sur la croissance dans l’ensemble de la région, la crise de change qui a secoué la Turquie, la profonde récession dans laquelle est plongée l’Argentine qui a adopté pendant des années un régime de change strictement basé sur le dollar et ses conséquences sur les plans économique et social montrent que les questions du management du taux de change doivent susciter beaucoup plus d’intérêt de la part des spécialistes . Au Maroc, les chercheurs de l’Institut National de Statistique et d’Economie Appliquée (I.N.S.E.A),ont publié récemment une étude sur le Managment du taux de change au Maroc . Ils se sont mis d’accord sur le fait que le management de change aujourd’hui ne devrait pas se limiter à la question de la surévaluation ou non du dirham et à la polémique autour de cette surévaluation. Selon Lahcen ACHNAY, professeur à l’INSEA « La littérature économique, même dans les pays industrialisés, n’offre pas de réponse décisive sur la question ». L’estimation des « taux de change d’équilibre » est une tâche difficile. Cette étude qui résulte principalement des travaux d’une journée sur le management du taux de change organisé à l’INSEA a mis le point sur les critères de choix d’un régime de change, en particulier dans le cas d’une petite économie ouverte. L’étude s’est penchée également sur le régime de change à adopter par le Maroc tenant compte de l’euro comme une donnée majeure du nouveau système monétaire international. Lahcen ACHNAY s’est penché dans cette étude sur l’impact de change effectif réel sur la performance des exportations . Il s’est interrogé sur les aspects sectoriels de la politique de change au Maroc. Etant donné son importance tant de point de vue de sa contribution à la valeur ajoutée industrielle , à l’emploi qu’aux exportations . Evidemment, cette étude ne peut pas couvrir l’ensemble des questions liées à la politique de change au Maroc . Mais cette initiative doit être poursuivie par d’autres travaux et recherches , sur les différentes politiques de change.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *