Management : Et si tout était à refaire!

La notion prédéfinie d’un management figé espère-t-elle toujours avoir de la place dans un contexte économique en mutation ? Une réponse négative insinuera que toute la littérature qui a pour mission de donner des enseignements en la matière ne peut plus servir à grand chose, sauf peut-être à inculquer les premières bases de la science managériale. Et pourtant, c’est bel et bien de cela qu’il s’agit.
La deuxième édition du Symposium international des ressources humaines qui se tiendra à Marrakech prévoit de s’y pencher. Elle a choisi comme thème. «La mobilisation de l’intelligence collective». Il renvoie à un nouveau concept de management qui, il y a quelques années seulement, était encore méconnu.
Aujourd’hui, sans une réelle participation de l’ensemble des intervenants internes à la société dans sa vie de tous les jours, cette dernière ne peut guère espérer à une évolution, voire à une distinction par rapport à ses concurrents. L’intelligence collective fait référence en outre à la notion de valorisation technique, économique, juridique et humaine d’une intelligence partout distribuée afin de déclencher une dynamique positive de la reconnaissance et de la mobilisation de la compétence, telle qu’exprimée par Pierre Levy dans son ouvrage «L’intelligence collective» paru en 1997.
Sur cette thématique ont débattu lors du SIRH 2001 plus de 600 participants internationaux, dont des dirigeants d’entreprises, des DRH, ainsi que des experts dans différents domaines liés directement ou indirectement au management. Lors de la précédente édition, quelque 450 directeurs généraux, DRH et responsables de systèmes d’informations dont 200 décideurs marocains ont formé un espace de discussion et d’échange. «Le SIRH de Marrakech est né d’une évidence, d’une nécessité : créer pour les décideurs, les responsables du devenir humain de l’entreprise, un lieu, un espace de rencontres et de dialogues, centré sur la valeur individuelle de l’homme au travail en Europe et dans le monde», déclarait Norbert Mouyal, fondateur et co-organisateur du SIRH de Marrakech en 2001. Le même objectif est visé pour la deuxième édition du symposium. Créer, à l’instar des communautés virtuelles qui s’organisent sur la toile, une nouvelle communauté de pensée internationale sur l’homme au travail. Et c’est à Marrakech, les 19, 20 et 21 juin de l’année en cours que cet objectif pourra prendre forme.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *